2022_09_23 Rupt borne de recharge électrique - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
RUPT SUR MOSELLE
Borne de recharge pour voiture électrique : puisqu'il faut !
L’Europe le veut, la France le veut, la Région Grand-Est le veut... Il faut donc bien que chacun joue son rôle. Au-delà des critiques formulées contre les véhicules électriques : autonomie, coût des véhicules, durée de vie des batteries, temps de recharge des voitures électriques, fabrication très polluante des batteries, très probables diminution des emplois de service d’entretien des voitures  (voir argumentaires sur https://www.fiches-auto.fr ou https://www.maif.fr), les institutions sont encouragées à jouer leur rôle et ne pas se poser trop de question. Sans compter les effets ravageurs de la guerre déclenchée par Poutine en Ukraine, à l’origine de la flambée des prix de l’énergie et ces déchets radioactifs dont on ne sait trop quoi faire, générés par des centrales nucléaires aujourd’hui nécessaires pour produire de l’électricité et qui constituent un énorme gâteau empoisonné pour nos enfants, petits-enfants et bien d’autres après…
C’est notamment le cas de Stéphane Tramzal, pas forcément archi-convaincu et rejoint par Serge Renaux, le président du SDEV (Syndicat Départemental d’Electricité des Vosges), qui, au-delà de leurs opinions contrastées, voient en l’installation et la mise en service d’une nouvelle borne de recharge (après celles du garage Renault et d’Intermarché) « Un service public lié au développement de la mobilité électrique ».
"Ne pas rester sur le quai"
« Le département ne peut pas rester sur le quai, alors que ces bornes se développent partout » plaidait le président Renaux à l’occasion de l’inauguration de la borne qui a pris place à proximité de la Maison Médicale, qui annonçait le déploiement de 130 bornes sur les Vosges au terme du plan pour lequel une somme de 3 millions d’€uros est programmée.
Une borne pour laquelle la commune n’a pas eu à sortir le portefeuille, le coût d’installation « Environ 25 000 €uros » précisait Florent Duval directeur général et technique du SDEV, somme prise en charge par le Syndicat. Par contre, l’entretien est à la charge de la commune, qui représente une somme voisine de 2 000 €uros par an.
Cette nouvelle borne permet donc le rechargement de deux véhicules en simultané, - en courant alternatif ou en continu - à un tarif de 2€ ou 3€ de l’heure en  fonction de la puissance de recharge choisie via l’interface tactile de la borne. Et face à la flambée des prix de l’électricité, le président du SDEV anticipait : « Il est probable que les tarifs actuels augmentent. Cependant, nous veillerons à ce que ces tarifs restent compétitifs en regard de ceux pratiqués par le secteur privé » et se voulait optimiste avec un retour « à la normale » à la fin indéterminée de ce conflit qui se joue aux portes de l’Europe.
Retourner au contenu