2022_09_14 Bussang Claude Richardin - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
BUSSANG
Claude Richardin : 100 ans de ski

(8 photos)
Claude Richardin est fan de ski de randonnée, depuis tout môme. Il se souvient de ses débuts, des fils neige improvisés, mus par des moteurs de voitures détournés de leur fonction première, qu’il a pratiqués dans son enfance en divers endroits de la vallée de Haute Moselle pour faire connaissance avec les plaisirs de la glisse.
Des moments très appréciés de son enfance aux gros calibres, comme les 180 km de randonnée reliant Chamonix à Zermatt, à laquelle il s’est aligné plusieurs fois, il est passé par de nombreuses étapes lui permettant de changer de matériel au fil des évolutions techniques et technologiques..
Retraité depuis trois années de ses fonctions de médecin régulateur du SAMU, après avoir longuement exercé comme médecin généraliste, Claude a désormais le temps de se consacrer à sa passion qui l’amène à parcourir de nombreux sentiers historiques à la découverte de l’histoire du ski. « J’ai fait le choix de me concentrer sur un siècle allant de la fin des années 1800 à nos jours » confie-t-il.
Pour autant, il n’hésite pas à sortir une reconstitution d’un système de fixation rustique, né il y a quelque 6000 ans en Norvège « Et encore pratiqué de nos jours par les Ouighours de Chine ou certaines populations de Sibérie » commente-t-il.
Véritable musée autant que caverne d’Ali-Baba, une partie du grenier de sa maison a été aménagée afin de mettre en valeur ses nombreux skis, enrichis par d’autres, notamment en provenance de dons, de prêts ou d'échanges avec d'autres collectionneurs, qu’il a pris soin de conserver à son domicile de la rue des Champs Navés à Bussang, mais aussi des fixations, des chaussures et autres matériels divers comme ce kit léger permettant au médecin skieur qu'il a été de construire en deux temps trois mouvements un brancard à l’aide des skis d’une victime à secourir. Le tout richement documenté d’une fiche explicative.
Un coup d’œil dans le rétroviseur, témoignant de superbe façon de l’inventivité et l’imagination des techniciens et fabricants pour aller toujours plus loin dans la glisse confortable, mêlée d’un soupçon d’efficacité en compétition. Une histoire qui débute avec des modèles de skis en bois en provenance de Norvège, là où tout a commencé, avec des fixations en lanières de cuir et pourvus de système anti-recul en peau de phoque. « Ou de peau sans peau ! » s’amuse-t-il « Faite avec une toile granuleuse qui permettait également de ne pas aller trop vite dans les descentes ». Des matériels qui ont rapidement adopté le métal, que ce soit le laiton ou même le cuivre pour certaines fixation ou l’aluminium pour les skis eux-mêmes. Curiosité incontournable : les « Vicky », du nom de leur créateur bussenet, inventeur des skis en aluminium. « Les carres ont également été l’objet de fabrications différentes et constituent à elles seules toute une histoire » précise-t-il « Au début, elles étaient affutées directement dans le bois des skis, avant d’expérimenter le celluloïd, la galalithe également appelée faux ivoire, à base de caséine de lait, très employée, notamment pour les touches de piano, et enfin métalliques ». Plus proche de l’époque actuelle, la collection de Claude Richardin intègre de modèles au passé glorieux comme ceux chaussés par Jean-Claude Killy lui permettant de glaner de nombreuses médailles, la montée en puissance de Rossignol, le petit français devenu très grand, auquel le géant Head n’a pas daigné prêter attention alors qu’il copiait ses skis pourtant protégés par un brevet. Dans sa collection, Claude intègre encore de nombreux autres modèles qui racontent chacun une histoire, comme les skis pliants en bois, ou ceux, métalliques cette fois, faisant partie du kit de survie des aviateurs russes, ou encore cette série de skis en bois dérobés en Norvège par la Wehrmacht.
Ouverture au public
A l’occasion des journées du patrimoine des 17 et 18 septembre, Claude Gérardin ouvre son musée au public
au 1 rue des Champs Navés de 10h à 12h et d 14h à 18h.
Groupes limités à 4 personnes.
Prendre rendez-vous au 06 07 45 87 06.
Retourner au contenu