2022_06_19 St Maurice église et orgue - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
SAINT MAURICE SUR MOSELLE
L’église et son orgue bichonnés
« Notre Dame des Neiges », l’église de la cité, fait l’objet d’une attention toute particulière, tout comme son orgue. Âgée de 156 ans et renfermant en son sein un magnifique orgue lui-même âgé de 149 années, les deux font partie intégrante du patrimoine architectural, culturel et musical de la commune.
Depuis quelques jours, la façade côté mairie est recouverte d’un imposant échafaudage. L’objectif est bien évidemment de donner un coup de neuf à cette partie du bâtiment, ravalement intégrant le nettoyage des pierres et enlèvement du salpêtre. Ces premiers travaux – d’autres devraient suivre – sont programmés sur une durée de deux mois. Il est bien évidemment à chacun la plus grande prudence lors de passages à proximité de l’église dont les diverses manifestations sont maintenues.
Parmi celles-ci figurent en bonne place deux rendez-vous à noter dans les agendas sans tarder ! Le premier est programmé le jeudi 30 juin dans le cadre de la manifestation nationale « La Nuit des Eglises »
Ce premier rendez-vous intègre le programme suivant : 18h : Adoration, 19h Messe célébrée par le Père Clément, 20 h Temps spirituel, « musique et architecture » : Projection sur écran "histoire de l’église", déambulation dans l’Eglise pour connaitre son patrimoine, Concert d’orgue, Illumination de la rosace principale toute la nuit.
Le second est affiché au calendrier le samedi 2 juillet prochain avec un concert « voix et orgue » et la promesse d’un grand moment d’émotion sous le charme de Marie-Paule Dotti, mezzo-soprano, et Vincent Daniel aux claviers.
Un double moment permettant de mettre en lumière cet instrument en bonne voie de classement au titre des monuments historiques, dossier pris en main avec enthousiasme par Pierre Laplaze, et qui devrait aboutir à une restauration complète de ce chef d’œuvre d’art musical.


Un peu d'hsitoire
Aux 12 jeux prévus, on décida immédiatement d’ajouter 5 autres jeux, pour 1 650 F. Outre les 500 F votés par la commune, 6 447 F furent donnés par 293 souscripteurs (27 pages de noms, dont les quatre premiers sont des Grandclaude).
La réception du nouvel instrument fut assuré les 22-24 mars 1873 par Ernest Jeanpierre, professeur de musique au Thillot. Mais le buffet n’était pas encore posé, et ce n’est qu’en 1877 que l’on profita d’un don pour le mettre en place : « Mr Charles Grandclaude veut bien, en souvenir de sa femme et de son fils décédés l’un et l’autre dans le cours de l’hiver dernier, donner à l’église une somme de 2 000 F pour le buffet de l’orgue ». De fait, les donateurs figurent en lettres dorées à gauche du positif : « A la mémoire de Jacques Grandclaude, de Célestine Laurent et de Charles Grandclaude ». Cependant, seule la boiserie fut érigée, comme l’écrivit Théodore Jacquot en 1889 : « Le buffet très joli n’a pas de tuyaux ». Les 76 tuyaux de façade furent commandés à Masure, à Paris, pour 1 708,30 F, et posés en 1890.Jacquot revint en 1900 pour remplacer la soufflerie des Géhin et poser des grillages métalliques devant la tuyauterie du grand orgue. En 1919, Pierre Jacquot accorda pour la première fois tout seul cet instrument. Curé de Saint Maurice de 1910 à 1952, l’abbé Brisson commanda en 1933 de multiples devis à Jacquot, Haerpfer, Georgel et Yoegtlé.
Pendant l’été 2021, l’orgue a été nettoyé par des volontaires puis remis en état de fonctionnement par le facteur Jean Christian Guerrier en attendant un financement pour des travaux plus importants. Une demande de classement de l’orgue au titre de la protection des Monuments Historiques a été déposée auprès de la DRAC.
La paroisse de Saint Maurice qui s’étendait du Pont Jean au Col de Bussang est l’une des plus anciennes de la montagne vosgienne. D’abord désignée sous le vocable de Visentine, elle prit le nom de Saint Morise (Maurice) à la fin du XIIIème siècle ou au début du XIVè siècle. La première mention d’un prêtre date de l’abbatiat romarimontain et laisse penser que, dès cette époque, une église desservait la Haute Moselle. En 1663, l’église fut détruite par un incendie, puis reconstruite avec des moyens limités en raison des longues guerres de ce siècle. Elle connut le même sort en 1701 ainsi que l’école bâtie à proximité. Le 5 juillet 1725, la nouvelle église consacrée sous l’invocation de Saint Maurice et de ses compagnons martyrs, fut inaugurée officiellement par l’Evêque et Comte de Toul. L’église contenait 350 places. S’avérant trop exiguë pour une population de 1750 habitants, la commune confia en 1863 l’étude d’un projet d’une nouvelle construction à l’architecte Perron de Remiremont. Celui-ci présenta une église à 3 nefs, de style ogival, d’une contenance de 1075 places pour un coût estimé à 140 000 francs. L’emplacement du vieux cimetière fut choisi. Les travaux sont adjugés le 10 avril 1866. Les vitraux peints, commandés dès 1867 sont l’œuvre de Thiriat, peintre sur verre à Metz. La guerre de 1870 retardera la pose des cloches. Ce n’est que le 31 août 1875 que Robert Hartmann, fondeur de cloches, s’engage à livrer une sonnerie parfaite composée de 4 cloches d’un poids total de 4500 kg. L’horloge date du 15 août 1883.
Dès 1867, alors que l’église était encore en chantier, on s’inquiéta de l’installation d’un orgue. Lors de la délibération du 6 avril 1873 du conseil municipal, la fabrique se décida pour les frères Géhin, facteurs à Saint Amé.
Retourner au contenu