2022_04_24 Le Thillot John Breinlen rassemblement Alpine - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
LE THILLOT
John Breinlen pilote de la parade Alpine et Renault Sportives du 5 juin
Ahhh, les ronronements feutrés masquant à grand peine cette capacité de lâcher les chevaux à la moindre sollicitation de l’accélérateur de ces moteurs équipant les Renault Sportives et Alpines, ces voitures devenues mythiques à force de gloire forgée par les victoires sur les routes des rallyes. Ils sont nombreux encore aujourd’hui à vouer une passion quasiment sans limite pour ces « bagnoles » qui les ont tant fait rêver lors de leur jeunesse. John Breinlen est de ceux-là. « Je suis tombé dans la marmite Alpine tout jeune adolescent » raconte-t-il « Lors d’une escapade avec mon père, je suis tombé en admiration à la vue d’une Berlinette de couleur rouge, garée dans une cour ». Quelques temps après, c’est la même, mais en bleu cette fois qu’il aperçoit. « Elle était propriété de Gilbert Parmentier, alias « Patate », Bussenet passionné de R8 Gordini bien connu dans le secteur » précise-t-il. De quoi imprégner le jeune garçon d’une passion qui ne le quittera plus. Un virus qui ne manquera pas de grandir à mesure des visites de l’adolescent dans les garages de Gilbert et la rencontre avec des « Gordinistes » passionnés qui lui ont permis, petit à petit, de tout connaître dans le moindre détail de ces superbes mécaniques. Et ce qui devait arriver arriva. « Dès le permis en poche, je me suis fait la main sur une NSU 1200TT avant de réaliser mon rêve de posséder une Berlinette » se souvient-il « Je voulais impérativement une Alpine équipée d’un moteur Gordini 1296cc et des jantes Gotti bi-métal ». C’est donc « Patate » qui lui permet cette acquisition « J’ai fait la bêtise de m’en séparer au bout de 5 années, en 1983 » regrette-t-il avec le recul.
Faute de bijou mécanique, John décide d’entretenir sa passion en intégrant le club Asalpe en novembre 1991. « C’est sur les conseils de mes amis du Club que j’achète une A310 V6 en 2008, après avoir largement profité de leurs largesses lors des rassemblements durant 16 années »
Parade à la Foire aux Beignets
Désormais installé dans le fauteuil de président d’Asalpe Vosges, le Thillotin entretient le feu sacré de ce club né en avril 1982. Après Roville aux Chênes en 2004 et Remiremont en 2011, c’est en haute Moselle que se tiendra le rassemblement 2022, après les deux années de vaches maigres dues à la pandémie. « Cette année, nous célébrons nos 40 années d’existence, qui plus est année du centenaire de la naissance de Jean Rédélé, génial créateur de la marque. A cette occasion, c’est à un vaste rassemblement de la grande région que le président a convié ses amis. « Une centaine d’invitations sont parties » détaille-t-il « Qui permettront au public d’admirer nos voitures, notamment lors de la parade programmée à l’occasion de la Foire aux Beignets du Thillot, en parfaite relation avec Michel Villaume ». Un spectacle mécanique de haute tenue qui devrait ravir les regards lors de son passage entre les stands de la foire thillotine aux environs de 9h20, avant de prendre ses aises sur les routes vosgiennes : Ramonchamp vers 9H26, Col de Morbieux vers 9H36, Cornimont vers 9H51, La Bresse vers9H59, Col des Feignes vers 10H12, Xonrupt Longemer vers 10H26, Gérardmer vers 10H33, Kichompré - Le Kertoff vers 10H37, Granges Aumontzey vers 10H46, Liézey vers 11H24, Ramberchamp - Gérardmer vers 11H33, Col de Grosse Pierre vers 11H42, Col la Croix des Moinats vers 11H53, Cornimont vers 12H02, Le Ménil - Arrivée vers 12H02.
Pour plus de renseignements, il est possible de contacter John Breinlen au 06 81 54 61 19.
Alpine, l’histoire...
En 1954, Jean Rédélé, associé à Louis Pons, sort vainqueur du « Mille Maglia », devenu Critérium des Alpes par la suite, au volant d’une 4CV « légèrement traficotée… ». Ce rallye deviendra leur épreuve fétiche et c’est en l’honneur de ces routes des Alpes où il avouait avoir pris tant de plaisir que le génial motoriste et créateur de la marque décide de l’appeler Alpine.
Retourner au contenu