2022_04_01 Trésor à la graniterie - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
LE THILLOT
Un trésor sous l’ancienne graniterie du Prey ?
Il y a quelques jours, conformément au projet qui doit à terme permettre l’érection d’un nouveau bâtiment en lieu et place de l’ancienne graniterie Adami au Prey, les engins de démolition ont pris position afin de raser l’ancienne bâtisse (voir https://www.le-thillot.com/2022_03_26-le-thillot-demolition-graniterie-adami.html). Les travaux allaient bon train jusqu’à… « Ce dernier mercredi, le conducteur d’engin de l’entreprise de démolition qui œuvrait sur place a ouvert la dalle de béton au sol et son attention a été attirée par un objet intriguant qui reposait au fond d’une petite cavité » raconte Michel Mourot « Il a eu le bon réflexe et à prévenu aussitôt son chef de chantier qui a immédiatement alerté les services de la mairie ». Le premier magistrat s’est rapidement rendu sur les lieux accompagné d’Éric Colle, adjoint aux travaux et Arnaud Didierlaurent, responsable des services techniques. « L’objet métallique en question est un coffre d’une quarantaine de centimètres de longueur, visiblement très ancien car particulièrement attaqué par la rouille, au moins en surface ». Un objet insolite qui n’a pas manqué d’attiser la curiosité de l’équipe de la mairie qui a bien tenté d’ouvrir le coffre « Impossible ! » témoigne le premier magistrat « A moins de risquer de  l’endommager ».
Le maire a donc pris la sage décision d’avertir les services de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) de Metz. « Une équipe technique doit venir sur place dans les prochains jours pour expertiser le coffre et le terrain » ajoute Michel Mourot « En attendant, la consigne est claire : mettre l’objet en sécurité et ne pas tenter de l’ouvrir ». Une trouvaille qui de plus va avoir pour conséquence de stopper le chantier de démolition en attendant le passage des techniciens du patrimoine qui ont bien l’intention de vérifier la présence ou non d’autres vestiges avant de donner leur feu vert à la reprise des travaux. De leur côté, Maël et Clio Naegelen, porteurs du projet de construction de leur futur bâtiment pour y accueillir l’Indykart, se sont également rendus sur place. Ils n’expriment aucune forme d’inquiétude. « Nous sommes encore dans la phase d’études et la mise en œuvre de la construction de notre nouveau bâtiment n’est pas encore pour tout de suite » confient-ils « Une échéance qui laisse du temps à d’éventuelles explorations à suivre, mais il ne faudrait pas non plus que le site nécessite des fouilles dans la durée… ». A suivre…
Retourner au contenu