2022_01_29 St Maurice Conseil Municipal - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
SAINT MAURICE SUR MOSELLE
Conseil municipal : des balades en chiens de traineaux prochainement au Rouge-Gazon
Réuni jeudi en soirée à la SMA, le conseil municipal avait en premier point de l’ordre du jour à donner son avis concernant une demande émanent d’Antoine Gamain, « musher », terme que l’on pourrait traduire par conducteur de chiens de traineaux (voir : https://www.le-thillot.com/Archives_2021/2021_01_11-le-menil-balade-en-paysages-enchantes.html ), qui a sollicité la mairie afin de proposer des baptêmes à partir des pistes de ski de fond du Rouge-Gazon. Présenté très favorablement par Thierry Rigollet, les édiles ont validé la demande qui fera l’objet d’une convention en bonne et due forme, qui permettra au musher installé non loin du sommet des Fenesses de proposer de ballades magiques. « Un plus pour le tourisme ! » commentait le premier magistrat « D’autant qu’avec la fermeture de la station du Rouge Gazon cet hiver, les pistes de ski de fond sont donc disponibles ». La convention sera donc signée au retour d’Antoine Gamain, actuellement en engagé sur une épreuve de plusieurs centaines de kilomètres dans les grands froids norvégiens, et ce pour une durée initialement prévue à une année, mais qui a été rectifiée suite à la remarque pertinente de Damien Kuntz qui notait : « Si la convention va jusqu’au 31 janvier 2023, l’activité du musher risque d’empiéter sur le ski de fond pour le début de l’hiver prochain. Il serait donc judicieux d’en ramener le terme au 15 décembre ». Remarque entendue !

En bref
Secrétariat : en l’absence de Catherine Bellini, « Toujours souffrante » détaillait le maire, c’est Pierre Laplaze qui a été chargé du secrétariat, en complément de la conduite de l’ordinateur pilotant le vidéoprojecteur.
Emploi : suite à la retraite de Christian Jeanson, le tableau des effectifs a été ajusté.
Protection sociale : les élus ont été informés de la reconduction les modalités de protection sociale complémentaire prises en octobre 2018 en direction des 15 personnes des services communaux.
Main d’œuvre : dans le cadre des interventions intercommunales, les tarifs de main d’œuvre ont été révisés, enregistrant une légère hausse. Serge Vannson avouait son étonnement de constater que le taux concernant le personnel administratif était plus élevé que celui des techniciens, remarque que le premier magistrat suivait, mais dans le cadre d’une mission pointue demandant des compétences spécifiques.
Investissements : comme tous les ans, le maire demandait à l’assemblée communale d’autoriser le mandatement de 25% des dépenses d’investissement constatées l’an dernier avant le vote du budget primitif 2022, afin de ne pas bloquer les dossiers en cours.
Agence France Locale : le prêt concernant les travaux de requalification de la RN66 ayant été souscrit auprès de l’Agence France Locale, la commune est ainsi devenue caution de l’ensemble des prêts octroyés par cette Agence. Il était question de renouveler cette garantie.
Adhésions : le conseil a validé les diverses demandes d’adhésions de nouvelles communes ou structures intercommunales au SMIC (Informatisation) et au SDAN (Assainissement Non Collectif).
RGPD : Pierre Laplaze a présenté ce point permettant à la commune de renouveler son adhésion au règlement général sur la protection des données, pour une cotisation annuelle de 260€.
Remerciements : Thierry Rigollet faisait part des remerciements de la FAVEC et du Secours Populaire pour les subventions leur ayant été versées.
Travaux : Michel Pascolini a détaillé les travaux programmés jeudi prochain – si la météo est adaptée - qui vont permettre une coupe rase d’une cinquantaine d’arbres situés entre les deux ponts sur le ruisseau de la Feigne. « Il s’agit de remettre ces deux ponts en valeur » commentait le premier magistrat « Qui permet de plus de sécuriser les lieux » ajoutait le conseiller délégué.
RN66 : Thierry Rigollet ne manquait de faire un point détaillé des travaux sur la RN66. « Il y a un peu de retard » précisait-il « Mais les 60 semaines prévues initialement devraient cependant être respectées ». Le maire poursuivait en évoquant l’option 2 (voir détails) permettant la poursuite des travaux de la place de la Gare à la station Avia. « Nous attendons le retour concernant les dossiers de demandes de subventions DETR et Département ». A propos de ce dossier, Damien Kuntz s’inquiétait : « Qu’en est-il des conteneurs déplacés à proximité de l’Office du Tourisme ? Les vacances approchent et il ne faudrait pas qu’ils débordent et offrent un triste spectacle aux yeux des touristes ». Le maire le rassurait en précisant qu’une demande avait été faite à la Comcom pour installer davantage de conteneurs. Le conseiller questionnait encore sur la garantie de certains travaux, concernant notamment le béton bouchardé qui pourrait geler ou générer des taches. Là encore, le maire se voulait rassurant : « Il ne présente aucun problème sauf en terrasse. Il faudra s’adapter aux températures » avant de conclure sur un dicton populaire en BTP ! « Béton en hiver, béton à refaire ! ».

Un moment tant attendu !
L’histoire remonte au 20 février 2020, date de parution d’un article sur www.le-thillot.com concernant la gestion des services de la commune. Un article qui provoqué la colère chez un certain nombre de personnes à la mairie et qui a été retiré le 12 mars 2020 sous la menace du cabinet d’avocats mandaté par la commune.
Depuis, www.le-thillot.com fait l’objet d’un boycott systématique de la mairie en termes d’information, mettant ainsi en œuvre une discrimination, puisqu’il n’en est pas de même avec d’autres média. Que me reproche-t-on ? D’avoir accepté de donner la parole à des personnes qui avaient des « choses » à dire… Une situation condamnable, puisqu’ayant déjà fait l’objet d’une décision juridique valant jurisprudence. Mais je ne suis pas particulièrement procédurier. J’ai préféré jouer la carte du dialogue et la conciliation. C’est ainsi que j’ai pris l’initiative de demander à rencontrer Thierry Rigollet qui a accepté ma requête. Un premier dialogue a eu lieu à la mairie le samedi 21 novembre 2020 à 11h. J’ai ainsi pu échanger avec le maire dans un climat apaisé et d’écoute mutuelle. Malgré la promesse d’un retour prochain pour tenter de renouer des relations normales, j’ai attendu, attendu… jusqu’à demander une nouvelle rencontre qui s’est tenue le samedi 25 septembre 2021 à 10h, toujours à la mairie. Lors de cette seconde rencontre, à laquelle Pierre Laplaze participait, un climat d’écoute et d’échanges francs et courtois a une nouvelle fois été au rendez-vous. Nous nous sommes donc quittés sur la promesse renouvelée d’un retour rapide de la part des deux élus. N’ayant pas de nouvelles, je me suis permis de relancer Pierre Laplaze le 4 novembre dernier, qui m’a répondu « Je relance Mr le Maire et nous vous tiendrons au courant ». J’attends toujours…
Constatant l’absence de retour, j’ai donc pris la décision d’assister à la séance du conseil municipal de ce jeudi, mettant ainsi un terme à l’interdiction que je m’étais imposée de ne pas me rendre aux séances sans y avoir été invité.
C’était donc la première fois que j’assistais à une séance de conseil municipal réunissant l’équipe mise en place lors des élections de mars 2020.
Force est de constater qu’au terme de l’examen serein et constructif des points à l’ordre du jour, l’ambiance s’est délitée en fin de séance autour d’une discussion aussi vaine que stérile ayant pour thème central la superette, dont Damien Kuntz contestait certains points de fond et de forme, générant des échanges quelques fois assez vifs qui ont eu le don d’agacer de nombreux conseillers autour de la table.
Non loin de là, à Bussang, les élus des deux listes présentes lors du scrutin de mars 2020 ont su passer outre les affrontements de campagne pour regarder ensemble dans la même direction. On est encore loin du compte dans la commune… Dommage !
Retourner au contenu