2021_06_09 Cérémonie Indochine à St Maurice - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
HAUTE MOSELLE
Aux 19 victimes locales en Indochine et tant d’autres…
(11 photos)
Bussang : Marcel Bazin, Jeanny Paicle, Aimé Parmentier, Julien Vannson, Raymond André. Ferdrupt : Pierre Galmiche. Fresse sur Moselle : Guy André Picardat. Le Ménil : Georges Grosjean. Le Thillot : Xavier genet, André Pernet. Rupt sur Moselle : André Crotta, Roger Warrot, Gilbert Tisserand, Pierre Maurice Tisserand, Pierre Lambolez, Hubert Clément. St Maurice sur Moselle ; Pierre Albuisson, Raymon Bazin, Raoul Cadot.
Ce sont les noms lus par Gérard Zimmermann, le président local du Souvenir Français, des 19 victimes originaires de Haute Moselle, tombées au combat à des milliers de kilomètres du « pays ».
A chaque nom répondaient en écho les officiels présents à cette cérémonie « Mort pour la France ». Des victimes honorées par le dépôt des gerbes de la commune et du Souvenir Français au pied du Monument aux Morts.
Une cérémonie à dimension cantonale qui a donc permis de se souvenir de ces victimes d’un conflit quelque peu oublié, mais qui fait partie intégrante de l’histoire de France dans sa quête de richesses au-delà de l’Hexagone.
De 1946 à 1954 en Indochine, sur un territoire couvrant les actuels Vietnam, Laos et Cambodge, la guerre d’indépendance a fait quelques 500 000 victimes, dont 60 000 estimés côté français. Un conflit dans lequel la France - tout comme les Etats-Unis lors de la guerre du Vietnam entre 1955 et 1975 -  s’est embourbée pour tenter de préserver son pouvoir dans ces colonies au nom d’intérêts nationaux qui, comme tous les conflits coloniaux, n’avaient que peu à faire de ceux des populations autochtones en ces temps où, la mission « civilisatrice » de ce type de « croisade » faisaient la quasi-unanimité…
Une guerre qui a pris fin avec les accords de Genève, mettant un terme à la Fédération Indochinoise et à la partition du territoire vietnamien en deux États rivaux : République démocratique du Viêt Nam et Sud-Viêt Nam.
Un épisode meurtrier, comme le sont toutes les guerres, qui a fait de nombreuses victimes parmi lesquelles ces jeunes soldats locaux qui, à l’âge de prendre leur envol pour bâtir leur vie, ont été fauchés durant cette guerre et que les maires ou leur représentants de Haute Moselle ont tenu à honorer hier au Monument aux Morts de St Maurice sur Moselle.
Retourner au contenu