2021_06_02 Fresse test covid - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
FRESSE SUR MOSELLE
Les tests covid boudés par le public
Au terme de la journée de dépistage du convid-19 proposée à la salle Arc en Ciel par la commune avec le concours de la Protection Civile des Vosges, le bilan est pour le moins tristounet.
Grégory Ohnimus, qui dirigeait l’équipe de six personnes installée dans la salle Arc en Ciel n’a pas eu beaucoup de candidats. C’est le moins que l’on puisse dire ! La technique de l’écouvillon dans le nez et son inévitable désagrément aurait-elle généré suffisamment d’angoisse pour avoir raison des envies, voire des nécessités ? Les sceptiques seraient-ils aussi nombreux ? La campagne de vaccination serait-elle suffisante pour couvrir les besoins de savoir ? Les questions sont nombreuses et demeurent sans réponse assorties de certitudes …
Le responsable de l’équipe de médiateur constatait : « En sept heures d’ouverture, nous avons eu 2 tests à faire » avant d’analyser : « Je ne pense pas que la communication soit en cause : elle a été très bien faite. Mon hypothèse est que les gens sont lassés, qu’ils ont envie de passer à autre chose, surtout depuis les campagnes de vaccination ».
Et pourtant tout était prêt pour mettre en œuvre ce triptyque « Tester, Alerter, Protéger » que détaillait Grégory Ohnimus pour résumer ces opérations mobilisant les équipes de la Protection Civile du département, dont celle de fin de semaine passée à Rupt sur Moselle.
Des tests qui prennent en tout et pour tout une vingtaine de minutes, chrono en main. Un passage par la partie administrative afin de préparer l’exécution du test, puis cette séquence de l’introduction peu agréable – voire même désagréable - du coton tige assez profondément dans une narine pour y collecter le prélèvement nécessaire à l’analyse et, quinze minutes plus tard, le verdict du réactif dans lequel a été plongé la matière imprégnée. « En cas de test positif, nous avons la possibilité de déclencher le RTPCR, avec envoi du prélèvement en laboratoire pour recherche de variant » expliquait le responsable de l’équipe « C’est également un protocole permettant l’activation du « contact tracing » permettant un gain de temps très  précieux dans la chaine de contamination et la recherche et l’alerte des cas contacts ».
Retourner au contenu