Histoire de bonnes pipes - le-thillot.com : découvrez la commune de Le Thillot dans les Vosges

Aller au contenu

Menu principal :

Histoire
BUSSANG

Histoire de bonnes pipes…

Attention : ne vous méprenez pas, il s’agit bien ici des pipes en bois de la célèbre marque Ropp, dont l’histoire débute à Bussang. Et rien d’autre !
 
En 1869, des brevets sont déposés afin de protéger les fabrications originales qu’Eugène Ropp met en œuvre à Bussang. Dès 1830, l’industriel vosgien, natif de Grand Fontaine, a créé une manufacture de fabrication de pipes, installée à l’endroit où se trouve aujourd’hui le parking de l’hôtel du Tremplin. Et pas n’importe lesquelles, puisque dès le début, le merisier sert de matière première à la fabrication de ces pipes, à l’opposé de la concurrence qui préfère la bruyère. La fabrication est conduite par une cinquantaine d’ouvriers employés sur place. La qualité et l’originalité de sa production est rapidement reconnue, conduisant Eugène Ropp à avoir des besoins de plus en plus importants en merisier, bois rare dans la région. De plus, le cour d’eau au débit capricieux alimentant la machine à vapeur installée dans ses ateliers devant être partagée avec l’usine de couverts Pottecher sera à l’origine de la décision de l’industriel de partir à la recherche d’un autre site pour y implanter son usine et développer sa production.
 

En 1893, il décide donc de s’installer à Baume-les-Dames, où se situe le principal fournisseur en merisier de l’usine bussenette. L'industriel achète tout d’abord un ancien moulin, avant de construire un nouvel atelier qui verra le jour en 1896. Une centaine d’ouvriers (140 en 1912) y trouveront du travail, permettant la production de plus de 500 000 pipes par an, portant toutes le label « Ropp Bussang » pendant de longues années malgré le déménagement. Dans cet effectif se trouvent un certain nombre de Bussenets – comme Emile Briot et Paul Colin - que l’industriel a emmené avec lui afin de transmettre leur savoir-faire aux nouveaux. La production de pipes Ropp à Bussang s’éteindra en 1899, les bureaux servant temporairement à la diffusion des modèles et à leur amélioration. A Baume-Les-Dames, après avoir été rachetée en 1989, l’entreprise est liquidée deux ans après. La ville de Baume-les-Dames a acquis l’usine et l’a un temps transformée en musée où il était toujours possible de visiter les anciens ateliers et les outils utilisés à l’époque.
 

Et, pour celle et ceux qui se seraient fourvoyés sur le sens de cet article, des précisions sont ici
Retourner au contenu | Retourner au menu