Erection de la commune - le-thillot.com : découvrez la commune de Le Thillot dans les Vosges

Aller au contenu

Menu principal :

Histoire
Le ban de Ramonchamp,  (le ban était alors la division administrative, reliée à l’organisation paroissiale,  avant l’existence des communes qui ne sera officialisée que le 20 juin 1790), dont les archives portent la trace dès le milieu du XIIème siècle,  était composé des  villages et hameaux suivants : Bussang - Saint-Maurice - Fresse - Le Thillot - Les Mines  - Le Prey - Demrupt - Le Menil - La Mouline - L'Estat - L'Etraye - Ramonchamp - Remanvillers - Xoarupt - Ferdrupt - Le Champ - La Hardoye - Le pont Jean. A signaler que le ban de Ramonchamp a été rattaché administrativement à la Franche Comté, et donc à la souveraineté de Bourgogne, entre 1681 et 1704, avant d’être restitué à la Lorraine par Louis XIV.
Par décret impérial daté du 30 juin 1860 et signé par Napoléon III (la photo ci-contre), Le Thillot devient une commune à part entière, mettant un terme à des années de lutte des habitants de cette partie du ban de Ramonchamp  pour acquérir leur indépendance.
L’administration préfectorale se charge de nommer le premier maire de la nouvelle commune en la personne de Nicolas Antoine, un des principaux artisans de l’indépendance, qui va désormais conduire les rennes de la nouvelle commune qui compte 1985 habitants.
Si l’érection de la commune du Thillot est relativement récente, les références historiques et administratives sont beaucoup plus anciennes.  Ainsi, FERRY III,  duc de Lorraine rappelle en 1299 que son ancêtre, le duc Simon a fait don aux chanoines du Saint Mont  de divers biens bien dont un pré qu’il possède sur la paroisse de Ramonchamp, « que siet endroit la ville con du tillet ».


En 1889, le Conseil Municipal de la commune décide que l'heure sera désormais la même que celle de Paris.
Retourner au contenu | Retourner au menu