Domaine des Planesses : 5ème fête des plantes et du bien-être - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2017 > Mai
DOMAINE DES PLANESSES

Fête des Plantes et du Bien-Être : le plein d’énergie !

La 5ème édition de la fête proposée par les Amis des Planesses est restée fidèle à ses valeurs, des valeurs vraies, trop souvent oubliées…
Dans un monde détraqué à bien des égards, où l’égoïsme le dispute au rejet de l’Autre, voire à la haine, il est de ces lieux, véritables poches de résistance où l’on se sent bien, où le respect de la Nature se conjugue avec partage, où le « prendre soin de soi » va de pair avec respect des Autres. Le Domaine des Planesses fait partie de ces lieux magiques où la rencontre est exempte de tout jugement. Le tout dans une ambiance festive. A l’occasion de la Fête des Plantes et du Bien-Être, ce message prend toute sa dimension. La 5ème édition qui se tenait ce week-end à l’initiative de l’association des Amis des Planesses a tenu toutes ses promesses. Dans le cadre magnifique du domaine, les animations se sont succédées, faisant passer leur message, indispensable bouffée d’oxygène. Des séances de qi gong ou yoga permettant d’aller dans le sens du bien-être de chacun à la conférence « Graine de forêt » où Remy Carritey a plaidé avec force pour cette relation indispensable être humain – forêt « Ces endroits qui génèrent des ions négatifs et délivrent des huiles essentielles dans l’atmosphère proche, tellement importants pour le bien être de chacun », chacun a pu trouver des issues de secours pour supporter la vie dans cette société qui marche de plus en plus sur la tête.
Côté exposants, là encore, la routine était prohibée. Troc de plantes, séances de thérapies alternatives, instruments de musique divers et exotiques, création de mandalas, informations sur la lacto-fermentation… on était loin des étals rencontrés sur les marchés traditionnels.
Et la musique, nécessairement festive, était partout, souvent improvisée. Musique africaine, avec percussions de toutes sortes ou simples duos de guitare, la rencontre était de rigueur autour de ce langage universel.
Sur scène, le groupe « Les Zezettes Swing » (ca ne s’invente pas !) a fait passer son message quelques fois douceur, souvent militant (anti OGM, anti monsanto) sur des airs qui, arrivés aux oreilles, généraient une irrésistible envie de bouger.
Plus tard en soirée, c’était au tour des « Hang Brothers » de prendre possession de la scène pour un concert où des sons rares, et donc précieux, se sont multipliés. Des notes célestes sortie du hang sous les caresses de Julien associées aux sons semblant sortir des entrailles de la terre des flûtes de Sophie, l’équilibre était aussi rare que parfait. Des flûtes issues de la culture des peuples natifs améridiens comme les Apaches ou Cheyennes (n’en déplaise à un certain président qui est bien un immigré sur cette terre d’Amérique…) avec lesquelles Sophie a admirablement alterné avec sa voix, cristalline à souhait.
Dans une fraîcheur ayant succédé avec bonheur à la chaleur torride de la journée, la soirée s’est poursuivie tard dans la nuit avec un « jam » aussi joyeux que convivial.
La fête se poursuit ce dimanche 28 mai.
Retourner au contenu | Retourner au menu