2019_11_19 GJ 1 an - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
LE THILLOT

Gilets Jaunes : déçus  mais toujours déterminés
Il y a eu d’abord l’installation des banderoles et de l’étendard sur la place de la mairie, puis la visite du major Hirn et sa collègue, venus s’assurer que tout se passerait dans le calme. Puis les langues se déliaient entre deux gorgées de café bien chaud. « Ce n’est pas un anniversaire, car pour moi, un anniversaire c’est festif ! » en une phrase, Manu résumait la situation à l’occasion du rassemblement proposé ce dimanche pour l’année de mobilisation des Gilets Jaunes. Pas la fête, car leurs revendications sont restées globalement lettre morte. Les banderoles installées sur la place de la mairie ce dimanche étaient sans équivoque, mettant en avant les augmentations des produits de première nécessité et leurs conséquences néfastes sur le pouvoir d’achat.
Pendant que d’autres manifestants subissaient l’habituelle et toujours aussi inacceptable répression des forces de l’ordre, ils commentaient les dernières actualités, comme cette nomination d’Yves Levy, mari de la ministre de la santé comme "conseiller d’État en service extraordinaire" par le gouvernement lors du conseil des ministres du mercredi 10 octobre, ou encore cette augmentation de salaire de 50 000 Euros par an généreusement octroyée à Catherine Guillouard, la présidente générale de la RATP, dont la rémunération mensuelle va donc passer à 37 500 Euros !
Une situation qui ne prête donc pas à sourire, d’autant qu’au plus fort de cette journée de mobilisation, les Gilets Jaunes n’ont pas dépassé la trentaine de personnes, dont Marina Dos Santos, la conseillère régionale qui a passé un long moment avec le groupe du jour… On est loin, très loin de ce rassemblement initié le 17 novembre 2018 qui a vu un millier de personnes converger vers le centre-ville. La déception était donc bien présente, même si elle a permis les retrouvailles chaleureuses de ceux qui se sont mobilisés durant des semaines non seulement à l’emplacement de leur « quartier général » local, mais aussi dans les manifestations organisées dans les grandes villes de la région et à Paris. Des moments émaillés de souvenirs pénibles mais aussi amusants pour certains.
A signaler encore cette sympathie toujours forte au sein de la population, témoins les coups de klaxon de voitures passant par là et quelques gestes forts comme celui d’André, venu avec deux bouteilles de rosé pétillant pour célébrer cet anniversaire.
Dans l’immédiat, les manifestants thillotins n’envisagent donc plus de lancer des appels à la mobilisation locale. Par contre, ils sont déterminés à rejoindre les rassemblements dans la capitale et les grandes agglomérations régionales. « On lâche rien ! » concluaient-ils déterminés.
Retourner au contenu