2019_10_29 Gilets Jaunes : bientôt un an de lutte - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
LE THILLOT

Gilets Jaunes : bientôt un an de lutte…

A l’occasion de la date anniversaire du début de ce mouvement social inédit, les Gilets Jaunes espèrent relancer une grosse mobilisation ce 17 novembre.
C’était le 17 novembre 2018. Le mouvement des Gilets Jaunes était lancé. Dans la commune, l’appel à la mobilisation était largement entendu et le centre-ville était fortement perturbé par les manifestants.
Depuis, cette mobilisation locale est bienretombée, passant au fil des mois à une trentaine, puis une vingtaine de personnes avant que le groupe local renonce à occuper le terrain comme il l’a fait durant de nombreuses semaines.
Pour autant, il reste quelques « irréductibles » qui refusent d’abdiquer, considérant que les revendications initiales, non seulement sont loin d’être satisfaites, mais qu’au sommet de l’Etat on aggrave la situation en réduisant encore le pouvoir d’achat des « petits » tout en faisant des cadeaux aux « gros », mettant en œuvre au passage une politique environnementale détestable pour la planète, résolument en contradiction avec les beaux discours de façade du président Macron…
Des motivations intactes qui les ont fait rejoindre les grosses manifestations régionales à Epinal ou Nancy ou nationales à Paris.
Des rassemblements qui, malgré la chape de plomb médiatique, restent importantes et ce en dépit de la façon dont elles sont traitées par ce gouvernement : des CRS dont certains sont de vrais prédateurs qui mettent en œuvre des méthodes d’une violence inouïe (les vidéos témoins sont légion sur les réseaux sociaux), des CRS dont certains - en toute illégalité - ne portent pas leur matricule, une justice à la botte du pouvoir qui classe « sans suite » la quasi-totalité des plaintes déposées pour « violences policières », l’utilisation à l’excès du LBD à l’origine de nombreux éborgnages et de gaz lacrymogènes, la mise en œuvre de méthodes liberticides comme l’interdiction de porter le gilet jaune ou de se promener avec des lunettes de piscine considérées comme des « armes » par les forces de l’ordre, des policiers et des membres de la BAC déguisés en Gilets Jaunes ou Black Blocs pour casser des vitrines et jeter le discrédit sur les manifestants et des forces de l’ordre qui arrêtent des observateurs des Droits de l’Homme… La liste n’est pas exhaustive, notamment l’accueil répressif à outrance que le gouvernement a également appliqué aux manifestants sapeurs-pompiers !
Malgré tout cela, le mouvement se poursuit avec ceux qui osent braver la répression, mais à peine plus organisé qu’au premier jour. Les Gilets Jaunes, représentant une large population de la base dont le pouvoir d’achat est matraqué par le gouvernement qui détruit également les services publics, n’ont pas su s’organiser pour faire de cette envie de changement une vraie force. Chacun appelle à un grand rassemblement dans sa chapelle, sans coordination. Cette inorganisation met de plus les manifestants dans des situations où ils apparaissent comme des jouets pour les CRS qui les rabattent, les encerclent et les gazent sans vergogne, leurs « proies » étant plus prompts à sortir leurs téléphones portables pour enregistrer des scènes qu’à s’organiser pour échapper à ces situations dégradantes, voire humiliantes…
Quoi qu’il en soit, les Gilets Jaunes entendent faire entendre leur voix au plus haut niveau à l’occasion des rassemblements prévus le 17 novembre prochain, date qui marquera une année depuis le début de ce conflit légitime.
Retourner au contenu