2019_10_17 Le Ménil 75ème anniversaire Libération - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
LE MENIL

«At the going down of the sun and in the morning, we will remember them» *
* Quand viendra l’heure du crépuscule et celle de l’aurore, nous nous souviendrons d’eux
Les cicatrices sont aujourd’hui refermées, mais la douleur reste, insidieuse, persistante.
Le temps n’a pas d’emprise sur elle. Soixante-quinze années plus tard, le souvenir reste fort de ces hommes qui ont combattu pour libérer la commune du joug nazi. Jean-François Viry rappelait cet épisode local ayant pour cadre la Bataille des Vosges que l’ennemi ne voulait pas lâcher et qui voyait les hommes du  1er Régiment de Chasseurs Parachutistes engager le combat le 16 octobre 1944.: « C’est dans quarante centimètres de neige et des températures glaciales que se sont déroulés les combats »
En première ligne, les « paras » ont payé le prix fort : « En vingt jours,  ce sont 128 soldats qui seront tués, trois cent quatre-vingt autres blessés et trois-cent-quatre-vingt autres devront quitter le front, victimes de profondes gelures » rappelait l’Adj.Chef Verlot. Cet acte de bravoure qui a permis de s’emparer de positions stratégiques voyait le 1er RCP cité à l’Ordre de l’Armée Aérienne, recevant du même coup la Croix de Guerre avec Palmes.
Tour à tour, les « officiels » ont rendu un hommage appuyé à ces combattants,  « Hommes et femmes qui se sont levés pour notre Liberté ».
Les cérémonies marquant cet anniversaire ont donc permis de multiplier les hommages et les souvenirs. Que ce soit au Monument aux Morts, à la Cote 1008 ou à proximité du chalet du Rupt de la Sauce, l’émotion a été particulièrement présente à chaque instant. L’inauguration de la plaque à proximité du chalet a permis de rappeler les faits qui ont sauvé la vie des deux pilotes de la Royal Air Force dont l'avion s'était écrasé le 5 février 1944. Une superbe idée de Benoît Howson, enseignant à Epinal et passionné de l’histoire de la RAF et qui, aujourd’hui encore reste en contact avec les familles de ces aviateurs tombés dans les Vosges. L’un d’entre eux, Gordon Hemmings, aujourd’hui âgé de 96 ans et dont l’état de santé ne lui a pas permis d’être présent, témoignait cependant par texte interposé : « Ce chalet m’a sans aucun doute sauvé la vie alors que descendais péniblement la montagne suite au crash de mon Short Stirling. Mes blessures saignaient, mon visage et mes mains étaient brulées. Ce chalet a également sauvé la vie de l’opérateur radio Sgt Cardiff qui m’a bientôt rejoint. Cependant, mon souvenir principal est celui des courageux villageois du Ménil et du Thillot qui ont marché des kilomètres et bravé la neige profonde, dans un premier temps pour nous trouver et qui ont refait le pénible voyage en apportant des luges pour nous faire descendre dans la vallée ».  
Retourner au contenu