2019_10_03 Rupt - Jardins Partagés - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2019 > Octobre
RUPT SUR MOSELLE

Un jardin partagé aux multiples vertus

Evodia, l’acteur départemental de la gestion des déchets, Vosgelis, le bailleur social, la Comcom et la ville de Rupt sur Moselle ont travaillé conjointement sur un superbe projet au bénéfice des habitants du quartier du Riffin.
En novembre 2018, le quartier du Rin de Rupt-sur-Moselle s’était doté d’un premier site de compostage partagé que les habitants se sont appropriés immédiatement. Un an plus tard, un second site de compostage a été inauguré hier, témoignant de la vitalité de ce projet illustré par le nombre de résidents ayant adhéré.
Ils sont en effet 45 foyers sur les 72 logements du quartier à disposer de cette biopoubelle permettant de mettre de côté les déchets compostables afin d’alimenter les bacs en bois fournis par la Comcom.
L’histoire remonte donc à l’année dernière, lorsque des habitants du quartier, soucieux de réduire leurs volumes de déchets. « 64 kg par an, soit 30%du poids total » précisait Jean-Marc Tisserant qui, sous son chapeau le protégeant de la pluie du jour avait coiffé une triple casquette correspondant à ses responsabilités au sein d’Evodia, de la Comcom et de la ville de Rupt/Mle, accompagné en la circonstance du « pt’it dernier » : Rudy Garzandat, embauché à la Comcom il y a 2 jours pour prendre en charge la filière déchets. Cette réduction des déchets avait pour objectif initial de faire baisser la facturation. Les premiers composteurs ont ainsi été installés. Trois riverains ont suivi une formation dispensée par Evodia et sont devenus les référents du projet : Hurriyem Yildizim, Patricia Plata et Rodolphe Becker, chargés de surveiller et coordonner la gestion du compost.
L’idée a fait son chemin et s’est même superbement développée. Afin d’utiliser ce compost, ces mêmes précurseurs ont transmis l’idée de jardins partagés à Vosgelis qui s’en est emparée avec enthousiasme. Des terrains ont été mis à disposition par la commune afin d’y cultiver des parcelles et Vosgelis a pris en charge la préparation de ce terrain avec labourage et apport de terre végétale mélangée à des engrais. Le bailleur a également fournit les outils nécessaires au compostage.
Le congélateur est plein de produits bio !
Une douzaine de riverains se sont portés volontaires pour y semer des graines afin d’y récolter de quoi garnir leurs assiettes le moment venu.
Et la récolte a été bonne ! Pommes de terre, tomates, concombres, aubergines, haricots, potirons et autres radis sont sortis de terre. « Mon congélateur est plein ! » témoigne Patricia. « En plus, tout est bio. On sait ce qu’on mange » enchaine Hurriyem, en référence à ces produits dont l’industrie agro-alimentaire use et abuse permettant de présenter de « beaux » produits, sans se soucier plus avant de la santé des consommateurs…
A l’occasion de l’inauguration de ce second site de compostage du quartier, Delphine Millotte, directrice adjointe Vosgelis se félicitait de l’implication des référents, tout en lançant un appel pour en avoir au moins un quatrième, « Un site référence ! » lançait-elle. Son collègue Sébastien Charton louait ce projet permettant aux habitants de se rencontrer et d’échanger. « On pourrait même envisager de construire un barbecue en dur, afin que ces rencontres puissent déboucher sur encore plus de convivialité ». De son côté, Alysson Rimpault, représentant Evodia mettait en avant la réduction et a valorisation des biodéchets et la lutte contre le gaspillage alimentaire.
Des objectifs qui s’ajoutent aux économies pour les porte-monnaie des jardiniers, à la préservation de leur santé en leur permettant de consommer leurs produits « bio », de remettre le lien social au cœur du quartier. Que du bon !
Une superbe expérience qui pourrait faire tache d’huile : « Notre objectif, dès 2020, sera d’étendre ce type d’action à l’ensemble du canton » promettait Jean-Marc Tisserant.
Retourner au contenu | Retourner au menu