2019_09_05 Mines : chantier de fouilles - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
LE THILLOT

Les mines livrent encore des secrets

Un chantier de fouilles est en cours actuellement. Des vestiges d’une ancienne habitation de mineur et d’autres traces du vaste système de pompage ont été mises au jour.
Cela fait maintenant trente-deux ans que Francis Pierre cherche, fouille la montagne, faisant fi de la végétation venue au fil des ans camoufler les vestiges, et finit par trouver ces indices qui permettent au scientifique qu’il est d’élaborer des théories qui se doivent d’être étayées, recoupées.
Ces recherches ont permis de remettre au jour le superbe passé minier de la commune – et de la vallée – qui fait aujourd’hui la réputation et la fierté de la cité.
Pour autant, le président de la SESAM a encore et toujours ce feu sacré qui lui permet de revenir encore et encore sur terrain, grattoir à la main, afin d’explorer des pistes non encore exploitées.
C’est ainsi qu’un chantier de fouilles est en cours actuellement, au-dessus de la sortie haute de la Rouge Montagne. Avant de détailler le lieu de la fouille, Francis Pierre parcoure le terrain sans la moindre hésitation pour montrer des endroits spécifiques.
C’est ainsi qu’il tend en premier lieu l’index en direction de l’une des cavités que comporte le terrain : « C’est l’entrée Préfet » s’amuse-t-il « C’est par là que nous avons fait entrer le Préfet lors de sa visite sur le site il y a quelques temps ».
Un peu plus loin, il s’arrête à nouveau devant un puits qui a, lui aussi, une histoire que raconte le Président de la SESAM : « Ce puits a servi au tournage d’une séquence du film « Le temps des Marguerite » avec pour acteurs principaux Alice Pol et Clovis Cornillac, qui va sortir prochainement. L’héroïne est sensée tomber dans un puits avant de fuir via un souterrain, scène qui a été tournée dans une galerie minière du site ». A l’occasion du tournage, une équipe particulièrement conséquente était donc sur site, accompagnée par Francis Pierre qui a guidé le réalisateur dans le choix des lieux de tournage et qui a assuré la sécurité des acteurs et techniciens ».  
Encore plus loin, le scientifique s’arrête au sommet d’un énorme creux taillé dans la pente de la montagne : « Un endroit qui a été transformé très tôt, dès 1560, afin d’y installer une partie du vaste système de pompage mis en place qui, au total, d’après mes calculs devait s’étendre sur un kilomètre » explique-t-il.
Le temps de passer par un superbe paysage mettant en évidence des anciennes haldes « Une des trois principales richesses du site thillotin, avec les techniques de percement et l’hydraulique minière» commente-t-il , et le chantier de fouille apparait, sur lequel plusieurs personnes sont occupées à gratter la terre, dont Dominique Heckenbenner, sa complice de longue date. L’archéologue explique : « Des amas de pierres ont attiré mon attention, probablement des statifs sur lesquels reposaient des balanciers ou des varlets servant à relayer le mouvement des tirants depuis la roue de 10 mètres de diamètre située à quelques trois cents mètres et permettant l’extraction de l’eau dans les galeries du site. Il se trouve qu’en dessous de ces amas de pierres qui sont effectivement d’anciens supports, se trouve une ancienne cave qui a été remblayée avec des pierres stériles. La poursuite des recherches nous a permis de mettre au jour des restes de murs qui devaient appartenir à une maison d’habitation de mineur». Et le chercheur (trouveur !) détaille : « Ici, la partie cuisine qui était dallée et où nous avons retrouvé des morceaux de faïence vernie, probablement des jattes. Là, un espace qui était probablement réservé à des bêtes… ».
Autant d’éléments nouveaux qui pourraient être aménagés afin d’agrandir le circuit de découverte depuis la sortie haute de la « Rouge Montagne » estime le chercheur.
En attendant de voir si cette idée fait son petit bonhomme de chemin, Francis Pierre et Dominique Heckenbenner, les deux têtes de file des archéologues de la SESAM ont de quoi ouvrir de nouvelles pages dans le livre actuellement en cours d’écriture.
Retourner au contenu