2019_07_23 Danse MJC historique - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2019 > Juillet
LE THILLOT

MJC   : plus d’un demi-siècle de danses

L’histoire de la danse au sein de la MJC remonte en 1965, année qui a vu a création de la MJC sous la houlette d’Henri Gehin.
    
« En même temps qu’il a créé la MJC, Henri Gehin est venu me solliciter pour mettre en place une section de danse classique » se souvient Chantal Piccenelli « A l’époque, je suivais des cours dans cette discipline ». La création de l’activité attirera à ses débuts une quinzaine d’adeptes avec des effectifs qui gonfleront les années suivantes.
Après quelques années, la danse Modern Jazz fait son apparition. « Une activité qui plaisait davantage aux jeunes qui avaient de bouger sans contrainte » explique Chantal « En plus de cet aspect très rigoureux et contraignant dans les mouvements,  le coût des équipements était élevé pour la danse classique, alors qu’une simple paire de chaussures suffisait pour le modern jazz».
Après que les deux disciplines aient cohabité quelques années, une croix était définitivement faite sur la danse classique.  « C’était vers 1985 » précise Chantal qui avait suivi une formation en expression corporelle et n’a donc aucun mal à s’adapter, secondée par Evelyne Neff.
L’activité fait aujourd’hui long feu, et si Chantal s’est mise en retrait, elle est toujours mobilisée lors des spectacles de fin d’année et ne rechigne pas à assurer des remplacements ponctuels lors de l’absence de l’une des animatrices.  
Elles sont aujourd’hui sept à encadrer les quelques cent soixante danseuses : Virginie, la fille de Chantal, Aurore Philipps, Laetitia David, Estelle Ghys, Amandine Papa, Cinthya Desgranges , Stéphanie Demaria et Caroline Laurent, toutes anciennes élèves de Chantal depuis de nombreuses années. Toutes ont bien évidemment suivi des formations, notamment sous forme de stages aussi bien au Thillot que dans toute la région.
L’histoire de la danse est bien évidemment liée également avec celle de l’évolution de la commune. Installée dans les baraquements en bois qui ont accueillis des classes d’école durant et après-guerre, ce premier local a disparu avec l’incendie du 22 septembre 1983. Les danseuses ont dû alors faire face à de multiples déménagements au gymnase de l’ancien collège, à Fresse, à la salle polyvalente, à la salle des fêtes au-dessus de la mairie pour s’installer enfin au dojo de la salle omnisports.
Le spectacle annuel  de fin de saison de cette activité qu’il convient d’appeler aujourd’hui « Atelier d’Expression Corporelle de la MJC » reste aujourd’hui la plus grosse manifestation en intérieur proposée dans la commune. Un moment de pure magie durant lequel les danseuses présentent au public toujours très nombreux le fruit de leur travail d’une année et qui mobilise une imposante équipe de bénévoles, dont l’actuel président de la MJC : Etienne Grandgirard.
Elles savent également mettre leur talent de temps à autre pour offrir des prestations dans les maisons de retraite.
Merci à Chantal pour le prêt de ses archives
Retourner au contenu | Retourner au menu