2019_05_04 Collège Tunisie - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2019 > Mai
LE THILLOT

Le drapeau tunisien flotte sur le collège Jules Ferry

Le collège Jules Ferry vient de formaliser un partenariat avec son homologue de Makthar. Au menu : humanisme et développement durable pour une première en France.
Le drapeau tunisien a rejoint la belle flottille de couleurs déjà présentes au-dessus de l’entrée du collège thillotin, permettant de plus de passer outre les frontières européennes qui, après s’être ouvertes outre Atlantique vers le Canada, ont permis en début de semaine, d’ouvrir les horizons du collège thillotin de l’autre côté de la Méditerranée.
« J’étais à  la recherche d’un établissement développant des projets solidaires et humanistes » explique Thierry Jany qui poursuit « L’humanisme est à mon sens particulièrement important, car se situant en amont de l’humanitaire avec cette connotation indispensable liée à l’autonomie, en opposition avec la dépendance ».
Pour ce projet, le principal du collège avait des contacts à Madagascar et en Tunisie. Si la première option a rapidement été écartée « C’était compliqué ! » confie le principal, le contact avec la Tunisie a été immédiatement très constructif. « Dès le premier échange de mails, le courant est parfaitement passé avec Lotfi Hamadi, de l’association Wallah We Can»  détaille Thierry Jany « Une association qui milite pour le développement d'écoles durables, contre l’exclusion scolaire et les disparités sociales... pour un monde plus humain ». Des objectifs qui n’ont pas manqué de séduire le principal du collège qui s’est rendu sur place, au collège de Makthar dans le Nord tunisien, durant les dernières vacances scolaires de printemps pour rencontrer, observer, apprendre aussi et finaliser ce projet de coopération qui se dessinait depuis quelques temps déjà.
Sur place, Thierry Jany a notamment suivi de près le travail mené par Chaïma, Hana et Insaf, trois étudiantes en agronomie de l’université de Tunis qui, n’hésitent pas à s’affranchir régulièrement des  trois heures de route pour rejoindre Makthar, afin de porter divers projets liés à de nouvelles techniques de culture, comme la permaculture, le paillage, l’arrosage maitrisé… « Des techniques qui entrent parfaitement dans l’optique de Wallh We Can qui souhaite aller vers l’autonomie alimentaire, afin que des crédits soient rendus disponibles pour la pédagogie ». Car si le collège affiche une superbe architecture extérieure, l’intérieur est de nettement moins reluisante facture : tables et chaises vieillottes, pas d’accès internet malgré la présence de tablettes, internat passé d’âge…
De retour dans l’établissement qu’il dirige, Thierry Jany a de projets multiples en tête.  « J’ai proposé qu’une quinzaine d’élèves se portent volontaires pour un chantier école au collège de Makthar durant leurs vacances scolaires pour y travailler : pelle, pioche, arrosage… et partager le quotidien de leurs camarades tunisiens ». Autre projet : relancer la serre afin d’y pratiquer les techniques mises en œuvre dans le collège tunisien avec, en particuliers, les graines ramenées de là-bas. Thierry Jany souhaite également que des acteurs tunisiens puissent venir au Thillot pour porter leur message auprès des élèves. Enfin, le principal de l’établissement local insiste sur un dernier objectif à court terme : « Obtenir une labellisation en commun avec Lotfi sur nos projets de développement durable ».
Retourner au contenu | Retourner au menu