2019_02_21 Judo Céline - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2019 > Février
LE THILLOT

Judo : Céline, bien dans son kimono
Le monde du judo a longtemps été fermé à la gente féminine. Rappelons la pionnière qu’a été Jeanine Levannier qui a décroché la première ceinture noire féminine en France en… 1951 ! Mais depuis, ces dames ont pris toute leur place dans ce sport comme dans bien d’autres. Et quelle place, puisque ces femmes en kimono affichent un superbe palmarès dans les compétitions au niveau international.
Sur les traces de ses illustres consœurs, même si son ambition est plus contenue, Céline Jacquot Pierrel est une adepte des tatamis de longue date. Née à Saulxures sur Moselotte, elle est arrivée au Thillot il y a une quinzaine d’années, au moment de son mariage. Confortablement installée dans sa maison de la rue du Pré Gérard, elle refuse cependant de se laisser au pantouflage et fréquente le dojo de la salle omnisports avec assiduité. « J’ai débuté le judo à Saulxures à l’âge de 6 ans » confie-t-elle « J’ai observé un break entre 2010 et 2015, pour la naissance de mes filles Laura et Lucie jusqu’à l‘entrée de la plus jeune à l’école ».
Vendeuse à la Panetière des Arcades de Bussang et mère de famille attentionnée, Céline profite de la moindre occasion pour s’adonner à une activité sportive. Si le judo consomme une grande partie de ses temps libres, elle n’en dédaigne pas moins d’autres disciplines comme le jogging ou le cyclisme, son voisin lui ayant gentiment prêté un vélo. « J’ai besoin de faire du sport ! » confesse Céline «  Avant de reprendre le judo, j’ai fait une année de zumba pour me remettre en forme » et d’ajouter avec le sourire « Le judo pour moi est un petit défouloir ». Un état d’esprit qu’elle met en œuvre lors des compétitions : « Je suis bourrin ! » avoue-t-elle en riant « J’aime particulièrement attaquer aux jambes ! ».
Après avoir gagné sa ceinture noire en 2001, Céline a passé avec succès les épreuves pour obtenir le grade de 2ème dan en 2007 et se concentre sur l’acquisition de sa 3ème dan : « Ça va être un peu compliqué entre les horaires de travail et la famille… »  confie-t-elle avant d’ajouter en se marrant « Mais je ne suis pas pressée ! ». Pour atteindre cet objectif, elle pourra compter sur l’encadrement du club, notamment l’aide de Patrick Desgranges, lui-même 4ème dan et entraineur depuis 40 ans (également président-créateur du club d’escalade en 1996) et qui est dithyrambique dans ses commentaires : «  Elle est travailleuse, a la hargne, va jusqu’au bout des choses et sait travailler dans l’abnégation ! ». Des séances d’entrainement spécifique sont ouvertes aux haut-gradés du club qui rassemblent  les 8 noires (une 4ème dan, une 3ème dan, une 2ème dan et cinq 1ère dan) et 8 marrons du club, dont une femme, Eléa Chevaley qui frappera prochainement à la porte du club des ceintures noires.
Retourner au contenu | Retourner au menu