2019_01_23 Voeux conseillers départementaux - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2019 > Janvier
RAMONCHAMP

Vœux des Conseillers Départementaux

Le Département, vent-debout contre les exigences « intenables » de l’Etat, et détails du budget 2019 du Conseil Départemental ont été à l’ordre du jour de cette rencontre. Il a également été question de la construction de la nouvelle gendarmerie.
    
La salle Thiébaut accueillait lundi soir la cérémonie des vœux des Catherine Louis et Dominique Peduzzi aux élus du canton. Une salle dont François Cunat relatait très brièvement l’histoire en guide d’introduction de la soirée : « Construite sans permis de construire sur un terrain communal et aujourd’hui revenue sous gestion communale et très occupée ».
Catherine Louis était en première ligne pour dévoiler quelques chiffres clé du budget départemental : 455 Millions d’Euros, dont 85 Millions seront consacrés à des opérations nouvelles d’investissement, sans augmentation des taux d’imposition. La conseillère départementale ne manquait pas de revenir sur les informations déjà divulguées lors de cérémonies communales de vœux, à savoir le rejet de la signature du « Contrat de Cahors » par lequel l’Etat cherchait à imposer une augmentation maximale des dépenses de fonctionnement à 1.15%, tout en obligeant les Départements à prendre en charge les Mineurs Non Accompagnés – ils sont 282 sur les Vosges – sans augmenter les dotations, bien évidemment. « Intenable ! » commentait la première magistrate de Dommartin lès Remiremont qui précisait que le Conseil Départemental avait unanimement refusé de signer cet accord, comme de nombreuses autres assemblées départementales.
Cette charge en règle contre la politique menée par le gouvernement passée, Catherine Louis passait en revue les grands dossiers du Département : le plan Très Haut Débit en relation avec la Région, les MSAP (Maisons de Services Au Public), la communication autour du désormais fameux « Je vois la vie en Vosges », les dossiers de soutien aux centres bourgs dont l’un concernera Rupt sur Moselle en 2019 ( et non le Thillot comme annoncé lors d’une cérémonie de vœux), la culture avec, sur le canton, le Théâtre du Peuple et les Hautes Mynes, la santé avec comme objectifs forts la lutte contre la désertification, le dispositif vieillesse et la télémédecine.
Prenant la suite, Dominique Peduzzi vantait la Maison de la Montagne de la Bresse, un service de poids pour tout ce qui concerne les activités liées aux saisons hivernales, permettant à de nombreuses personnes de ne pas avoir à se déplacer dans les Alpes pour y suivre des formations désormais disponibles dans les Vosges. Quelques chiffres pour relater les aides du Département au canton : 1 404 673 Euros de subventions, plus les sommes importantes consacrées à l’entretien des quelques 3500 km de routes du département, les 2 collèges de Rupt et le Thillot, l’agriculture, les associations, le tourisme (un point qui devra être détourné pour permettre des financements sans être « retoquées » par la loi NOTRe), la carte ZAP (278 bénéficiaires sur le canton), et autres aides à l’autonomie et l’insertion.
Le maire de Fresse informait également que la nouvelle gendarmerie, à installer dans les anciens bâtiments Curien à proximité de la caserne des pompiers était dans les tuyaux pour cette année, avant de donner quelques précisions concernant le « grand débat national », d’une durée de deux mois, et que chacun peut organiser à son gré, « Attention aux problèmes d’assurance » précisait-il cependant pour calmer les ardeurs.
Hôpital de Remiremont : réunion d’information ce soir à Bussang
La rencontre allait se terminer, lorsqu’une question était posée concernant les menaces de l’ARS pesant sur  le centre hospitalier de Remiremont. Dominique Peduzzi expliquait tant bien que mal que les positions concernant ce « Contrat de performance » qu’il remet en cause sans détour lorsqu’il coiffe sa casquette de maire, sont nettement plus nuancées lorsqu’il revêt son costume de conseiller départemental, « Les points de vue sont très différents » expliquait-il « Et il convient de faire comprendre, d’argumenter… » avant de mettre en exergue la première manifestation « Qui a bien fait bouger les choses ». Christophe Naegelen prenait la suite, mettant en avant le travail avec les élus et l’ADEMAT-H. « Dans le cadre du grand débat national, il faudra mettre à l’ordre du jour ce combat que mènent les élus contre l’administration qui remet notamment en cause le rôle des élus au sein du conseil de surveillance. Les élus sont au service la population et l’administration est censée être au service des élus, ce qui n’est pas du tout le cas ! C’est même le contraire ! ». Revenant au centre hospitalier de Remiremont, le député concluait « Depuis deux ans, je constate une amélioration, mais il y a encore énormément à faire ». Philippe Spillebout, représentant l’ADEMAT-H, prenait la parole dans la foulée pour rappeler les 3 années de combat menées par l’association et inviter chacun à pouvoir « Entrer dans le détail de ce dossier » lors des réunions d’information qui se tiendront ce jour (mercredi 23 janvier) à 20h30 à Bussang et à Rupt sur Moselle le 6 février prochain.
Retourner au contenu | Retourner au menu