2019_01_13 Voeux Le Thillot - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2019 > Janvier
LE THILLOT

Vœux 2019 : le réquisitoire sans concession de Michel Mourot

La cérémonie des vœux a permis au maire de tenir des propos « Sans filtre et sans langue de bois » à propos de la relation, ou plutôt le manque de relation, entre les maires et la haute administration, Président de la République inclus.
« Je voudrais ce soir vous faire part  de l’incompréhension qui perdure entre les maires et la haute administration » disait en guise d’introduction à son plaidoyer le maire du Thillot « Le quotidien des maires, c’est être malmené depuis des années : réduction de la DGF (Dotation Globale de Fonctionnement), loi NOTRe, économies de fonctionnement, nouvelles compétences versées aux communes (passeports, cartes d’identité, permis de construire), compétences de la loi NOTRe retirées ou reportées, suppression de la taxe d’habitation non remplacée pour l’instant… » détaillait-il avant de résumer la situation « Absence de lisibilité pour conduire et gérer les affaires communales ».
Et le premier magistrat s’interrogeait « Comment se projeter vers l’avenir dans ces conditions ? Un chef d’entreprise n’a jamais conduit son entreprise sans visibilité, le conducteur d’un véhicule non plus ».
Michel Mourot revenait sur le rôle du maire « Fantassin de la République, toujours en première ligne, avec un rôle de sentinelle, de capteur d’opinion,  d’amortisseur social qui fait tant défaut à la haute administration ».
Le premier magistrat n’épargnait pas le Président de la République « Depuis le discours du président Macron du 10 décembre 2018, le Général Macron a besoin des Fantassins de la République. Il envoie les maires en première ligne. Le président Macron s’est soudainement  tourné vers ces élus du terrain alors qu’ils étaient encore méprisés il y a peu : absence au congrès des maires en novembre 2018, absence d’écoute, absence de considération, absence de relation ».
Le maire s’en prenait à la loi NOTRe, tellement décriée à chacune des séances de conseil municipal, et pas uniquement au Thillot : « La Loi NOTRe a pour but de vider les communes de leurs substances. Elles deviendront des coquilles avec des compétences versées aux communautés de communes ou autres structures. Le maire ne s’occupera que des bruits de voisinage ou de la propreté de la sa ville » avant de poursuivre « C’est acceptable si des économies voient le jour dans les communes et si ces structures ont les compétences et les ressources humaines pour réaliser ce transfert. A ce jour, ce n’est pas le cas » et de conclure ce qu’il appelait ses « états d’âme » par ce constat en forme d’avertissement : « Ramener les problèmes nationaux à l’échelle locale risque de fragiliser les collectivités. Et surtout, espérons que le pouvoir d’en haut réduise sa dépense publique comme cela a été demandé aux communes ».
Ecoles : vers un regroupement et une nouvelle carte scolaire intercommunale
Au terme de cette longue diatribe, Michel Mourot ne manquait pas de reprendre de façon synthétique les grandes lignes de l’année 2018, préalablement développées dans le détail avec diaporama par une Marie-Claude Dubois militante adepte du mot d’ordre « Le Thillot bouge ! » et entourée des adjoints de la ville. Il braquait également les projecteurs en direction des associations, acteurs indispensables du lien social au service du « bien vivre ensemble » avant de s’attarder sur les projets 2019. Il évoquait notamment la baisse des effectifs dans les écoles et la fermeture de classes annoncée. « Nous allons nous battre pour sauver un poste à la maternelle » précisait-il «Il va falloir penser à un regroupement scolaire et une modification de la carte scolaire avec les communes voisines. Les parents d’élèves et les enseignants seront associés aux orientations qui seront prises ».
L’année 2019, « Dernière année pleine du mandat », verra de grands travaux : la modification du carrefour de la place du 8 Mai (subventions allouées de quasiment 150 000 Euros pour les deux premières phases), l’extension du musée des Hautes Mynes (subventions attendues pour un montant de 135 000 Euros), l’unité de traitement de l’eau de la Champagne (subvention de163 000 Euros à laquelle s’ajoutera celle du Département), la toiture de la salle omnisports (60 000 Euros sans subvention possible). Un autre chantier est à l’étude : l’éclairage public qui comporte à ce jour 1080 points lumineux et des armoires « d’une autre époque », dossier estimé à plus de 1 million d’Euros.
Le maire évoquait le PLU (Plan Local d’Urbanisme) dont les études vont s’étaler sur deux ans, l’issue favorable attendue prochainement dans la dossier ex Martival, l’opération Grand Site Classé Ballon d’Alsace « Un plus pour le tourisme de la vallée, sans contrainte particulière ». Au plan intercommunal, il détaillait « trois dossiers qui me tiennent à cœur » : la médiathèque, les Hautes Mynes et l’Ecole de Musique, « Trois structures qui doivent rentrer dans l’intercommunalité. Les Thillotins ne peuvent pas tout payer ».
Coiffant sa casquette de président du SI Epuration, il abordait le remplacement à venir de la station d’épuration de Bussang, la démolition de celle de St Maurice en mai prochain, et les investigations à poursuivre sur le réseau venant du Ménil.
Au moment de conclure par ses vœux à tous, il s’appuyait sur une citation : « Les batailles de la vie ne sont pas gagnées par les plus forts, ni par les plus rapides, mais par ceux qui n’abandonnent jamais ».
Anouck Maurice : perte de deux précieux collaborateurs
Avant la prise de parole de Michel Mourot, le micro avait préalablement été pris par Anouck Maurice. La DGS faisait remarquer les changements à intervenir dans les services après la perte de « Deux précieux collaborateurs, piliers des services administratifs : Patrick Maurice, mon mari, après 16 années au sein de la mairie et Francis Adam, notre rédacteur en chef qui a fait valoir ses droits à la retraite après 25 ans de bons et loyaux services ». Anouck Maurice ne manquait pas de les remercier pour « Leur dévouement à la notion de service public et leur implication quotidienne et inconditionnelles aux tâches nécessaires à l’accomplissement de notre mission en faveur de la population thillotine », avant de présenter ses vœux.
Isabelle Canonaco : des chiffres significatifs
170 000 Euros par an : c’est le montant de la baisse enregistrée de la Dotation Globale de Fonctionnement versée par l’Etat.  « Malgré cela, la commune a investi 4.736 millions d’Euros cette année, tout en réduisant la dette de quelques 600 000 Euros » précisait-elle, faisant notamment observer le maintien des subventions aux associations et l’implication du personnel de la mairie, notamment du service comptable.
Les personnalités au micro
Le temps pour Dominique Peduzzi d’espérer les travaux de la nouvelle gendarmerie en 2019 et « Que le bébé sera beau parce que la gestation a été longue » à propos de la piscine, pour Catherine Louis de développer les grandes lignes du budget départemental et le micro était cédé à Christophe Naegelen  afin d’honorer le dynamisme des associations, et rappeler les gros dossiers sur lesquels il s’est battu : le statut des pompiers, la lutte contre les appels téléphoniques intempestifs et la défense de la maternité et de l’hôpital de Remiremont « Le combat continue » avouait-il, combat qui concerne également le maintien de la ligne TGV jusqu’à Remiremont.
Concernant les interventions au sujet des Gilets jaunes voir la publication d’hier.
Médailles et diplômes
Avant de passer au verre de l’amitié,  les élus remettaient leurs médailles et diplômes à trois membre du personnel communal : Yves Humblot retraité depuis le 1er juillet dernier après 32 années passées au service de la commune, Patrick Desgranges, animateur sportif et Natacha Mougel, directrice de l’Ile aux Enfants , tous deux médaillés d’argent pour leur 20 années de présence et de service au sein de la commune.  Enfin, Michel Mourot témoignait de ses remerciements appuyés à Francis Adam « La mémoire de la commune » qui va donc quitter prochainement ses fonctions pour goûter aux joies d’une retraite bien méritée.
Retourner au contenu | Retourner au menu