2019_01_10 Le Ménil voeux - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2019 > Janvier
    
LE MÉNIL

Vœux : l’intercommunalité, un défi à relever pour les prochaines années

La traditionnelle cérémonie des vœux a permis de faire le tour des dossiers fraichement clôturés, ceux qui vont s’ouvrir, ainsi que des inquiétudes, liées notamment aux compensations financières de l’Etat.
Filière déchets : augmentation des rendements et comportements inadmissibles

L’occasion également pour Jean-François Viry de présenter Nadia Valentin, domiciliée à Ventron, qui a passé 10 années au SIVOM de Mulhouse , et qui va intégrer les effectifs de la commune le 28 janvier prochain en remplacement de Cyril Arnould.
Jean-François Viry cédait ensuite le micro à Dominique Peduzzi qui, dans un premier temps, et en tant que président des maires vosgiens, rappelait le demi-million d’élus, le plus souvent bénévoles, qui constituent une base solide d’écoute de proximité. Coiffant ensuite sa casquette de président du SDIS, il mettait en exergue les 30 000 interventions recensées l’an dernier sur le département : un record ! C’est en tant de président de la Comcom que Dominique Peduzzi concluait. Tout d’abord en rappelant les enjeux des négociations concernant le projet de rattachement du pays de Remiremont à la Déodatie, puis en synthétisant les grands travaux 2019 pour la Comcom : filière déchets avec des rendements qui devront être plus élevés malgré des comportements incompréhensibles de certains aux points d’apports volontaires « J’espère qu’ils n’ont pas le même comportement chez eux ! » lâchait-il avant de synthétiser le dossier piscine de Chaume au Thillot et les difficultés rencontrées pour que les offres rentrent dans le budget estimé. « Elles sont à ce jour supérieures de 13% » confiait-il en accord avec Alain Vinel, qui dirige la commission piscine au sein de la Comcom.
Avant de passer au pot de l’amitié et autres « douceurs », c’est Catherine Louis qui prenait possession du micro pour développer les grandes lignes du budget départemental 2019 : la Schlucht, le haut débit, le collège de Capavenir (anciennement Thaon les Vosges), mais aussi les contraintes « intenables » imposées par l’Etat en matière budgétaire qui ont fait l’objet d’un rejet unanime du Département. Pour conclure, la conseillère départementale évoquait le dossier de « revitalisation des centres bourg » qui, en 2019, intégrera les communes du Thillot et Rupt sur Moselle.
« Dans le pays traversé par des mouvements sociaux qui engendrent des violences qu’il faut condamner, face à la désertification et l’inquiétude pour l’hôpital de Remiremont, à un environnement mondial incertain », autant de facteurs que Jean-François Viry résumait sous une seule bannière : « Année troublée », le maire du Ménil se faisait le chantre de l’intercommunalité. « La coopération entre communes est une nécessité » plaidait-il « C’est un défi majeur pour les prochaines années ».
Un esprit qui devra présider à la réflexion concernant la future carte scolaire. Face à une démographie en berne – 4 naissances seulement en 2018 – le regroupement intercommunal est à l’ordre du jour, notamment avec la commune voisine du Thillot. Le maire affichait cependant sa détermination à « Conserver un pôle d’enseignement dans la commune, qui dispose d’un bâtiment particulièrement adapté ».
Cette cérémonie des vœux a également permis à Jean-François Viry de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur de l’année passée et notamment de détailler les 370 000 Euros qui ont été consacrés à l’investissement.
Le temps de passer en revue l’économie de la cité, artisans, agriculteurs, commerçants et constater que les cinq usines qu’a comptées la commune ont aujourd’hui disparu et le maire de la cité évoquait ses inquiétudes sur le plan des finances communales. Des finances qui se portent bien, mais comportant quelques incertitudes pour l’avenir, le maire mettant l’accent notamment sur les baisses des dotations d’Etat, actuellement compensées par des fonds de solidarité rurale « Mais pour combien de temps ? » s’interrogeait-il, la baisse des recettes des produits de la forêt « Dont les cours ont fortement chuté », le manque de lisibilité des compensations versés par l’Etat dans le cadre de l’exonération de 80% de la population de la taxe d’habitation.
Passé ce moment de fortes inquiétudes, le premier magistrat retrouvait le sourire pour souligner les performances des jeunes sportifs Guédons sur la scène nationale et internationale, les 3 mentions au bac, et bien évidemment rendre hommage à l’ensemble des acteurs communaux qu’ils soient élus ou membres du personnel.
Retourner au contenu | Retourner au menu