2018_12_02 Gilets Jaunes - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2018 > Décembre
    
GILETS JAUNES

Une marche du Peuple en quête de cohésion

Le Peuple est en colère et le fait savoir avec force. Au sein de ce mouvement de révolte spontané et non structuré, les appréciations divergent cependant sur les actions à mener.
Comme tous les mouvements issus de la base, l’unité est d’autant plus compliquée que les avis sont quelques fois clairement divergents sur les actions à mener pour se faire entendre.
Hier à la manifestation de Remiremont, qui a rassemblé entre 250 et 300 contestataires, l’initiateur du rassemblement jouait le jeu démocratique avec une bonne foi totale. « Je suis le Peuple » clamait-il haut et fort. Si la foule a suivi le « guide » durant un bon moment en l’accompagnant gentiment dans les rues du centre-ville, une simple phrase a fait déraper les intentions pacifiques de cette marche. « Nos enfants sont en train de se faire tabasser à Paris et nous, on se promène ! ». Dès lors, la décision d’un groupe de meneurs était prise pour durcir la manifestation : « On va bloquer Intermarché ! ». Le cortège s’ébranlait donc vers Béchamp. Sur place, une nouvelle décision était prise : « On va bloquer la 4 voies ! ». Un premier groupe se désolidarisait et rebroussait chemin. Pour les autres, et malgré les négociations avec les forces de l’ordre, le RN66 était investie, les voitures de police assurant autant que faire se peut la sécurité, en complément de « Jeff » ouvrant la voie sur sa moto. Arrivé à la sortie de Choisy, alors qu’un bouchon monstrueux s’était bien évidemment formé derrière les manifestants, le groupe se fissurait à nouveau, certains préférant sortir immédiatement, tandis que le reste poursuivait jusqu’à la sortie suivante avec l’objectif de bloquer le rond-point de St Etienne.
A quand un casier judiciaire vierge pour les élus ?
Au Thillot se posent les mêmes interrogations. Si les actions sont « cool » en semaine, des éléments plus « durs » s’installent le week-end et mettent à mal les intentions pacifiques affichées par ceux qui sont présents tous les jours. Samedi en fin d’après-midi, le groupe était conséquent et affichait clairement des intentions plus tranchées.
Ce matin, sous une pluie battante, le groupe était nettement moins important, avant de passer à une trentaine l’après-midi. La journée s’est déroulée dans le calme. Les commentaires allaient bon train à propos des événements de Paris. « On a vu sur internet des policiers habillés en gilet jaune pour interpeller des manifestants » commentait l’un d’eux avec colère « J’ai vu aussi des hommes habillés en civil, bonnet sur la tête et visages masqués par des écharpes sortir de fourgons de police pour rejoindre les rangs de casseurs.  On cherche clairement à discréditer le mouvement ! ». De son côté Manu exprimait sa colère de façon différente : « Je travaille dans la sécurité et on me demande de fournir tous les six mois un extrait de casier judiciaire qui doit être vierge. Normal, mais quand je vois ce ministre de l’intérieur dont tout le monde sait qu’il a fricoté avec le grand banditisme il y a quelques années ! » et d’ajouter « A quand l’obligation pour les élus de justifier eux aussi d’un casier judiciaire vierge ? ».
Rendez-vous demain (lundi) à 9 heures.
Retourner au contenu | Retourner au menu