2018_12_01 Manifs Remiremont - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2018 > Décembre
SOCIAL

La colère gronde

Gilets Jaunes le matin, ADEMAT-H l’après-midi, la journée a été animée à Remiremont. Pour ces 2 manifestations, le même mot d’ordre : stopper l’hémorragie déclenchée au plus haut niveau de l’Etat.
Il n’aura pas fallu bien longtemps pour décider ce matin. La grosse majorité du groupe de « Gilets Jaunes » du Thillot a souhaité rester sur place pour occuper le terrain. Les autres ont pris la route pour se rendre à Remiremont et rejoindre le rassemblement du Champ de Mars. Sur place, le cortège s’est assez rapidement mis en route pour, dans un premier temps, arpenter les rues du centre-ville. Des options différentes apparaissaient un peu plus tard, certains estimant qu’il fallait aller plus loin. Le cortège, estimé entre 250 et 300 personnes, se dirigeait alors vers la zone artisanale de Béchamp, avant de décider de se rendre sur la 4 voies. Malgré les mises en garde des forces de l’ordre, le cortège s’ébranlait sur la RN66, escorté par les voitures de police à l’avant et l’arrière. Un énorme bouchon se formait derrière lui. Arrivé à la sortie de Choisy, un groupe décidait de quitter la 4 voies, tandis que l’autre partie poursuivait vers la sortie suivante et décidait d’occuper le rond-point de St Etienne.
Pendant ce temps, au Thillot, les manifestants, venus en grand nombre, restaient fidèles à leur stratégie, tout en étant quelque peu moins « cool » qu’en semaine.
Deuxième rassemblement de la journée dans la cité des Chanoinesses, l’ADEMAT-H a mobilisé une belle foule – entre 700 et 800 personnes, dont de nombreux élus, solidaires du combat mené par l’association de défense de l’hôpital. Bon-enfant, et animé par Philippe Spillebout parfait en Monsieur Loyal, le cortège s’est baladé dans les rues du centre-ville au son des casseroles, s’arrêtant de temps à autres pour entonner des chants bien connus, revisités par Edith. Des arrêts hautement symboliques, comme devant le bureau du directeur de l’hôpital. Arrivée à l’hôtel de ville, la foule s’est rassemblée sur le parvis pour écouter les discours, notamment celui de Jean Pierrel, salué à de nombreuses occasions par des concerts de casseroles.
Ces manifestations feront l’objet de nouvelles publications très rapidement. A suivre donc…
Retourner au contenu | Retourner au menu