2018_11_17 Blocage Gilets Jaunes - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2018 > Novembre
GILETS JAUNES

« Y’en a marre qu’il nous prenne pour des cons ! »

Le rassemblement des gilets jaunes a donné lieu à des barrages filtrants un peu partout dans la commune.
Il était 8h45 ce samedi et il y avait déjà un groupe conséquent sur la place du 8 Mai, noyée dans le brouillard et le froid, sous le regard attentif des gendarmes. « Nous sommes là pour assurer la sécurité de tous, et faire en sorte que tout se passe bien » expliquait le major Hirn.
La boulangerie de la place arborait deux gilets jaunes en vitrine : « Je veux montrer ma solidarité. Je ne suis pas sûr que ce mouvement soit la meilleure façon de protester, mais il faut faire quelque chose, se battre » confessait Vincent Remy, le boss de la boulangerie.
Parmi les premières au rendez-vous, Marquita portait ostensiblement son panneau « On n’est pas des vaches à lait ! » et commentait « Je me bats pour ma retraite, mais aussi pour l’avenir de mes petits-enfants » avant d’ajouter avec détermination « Qu’il s’en prenne un peu aux « gros » ! ».
Petit à petit, à mesure que le soleil est parvenu à réchauffer l’atmosphère, le groupe a grossi, prenant des dimensions « Jamais vues au Thillot » témoignait Jean-Claude, l’un des manifestants.
Le temps pour Sam, l’un des membres du collectif, d’affirmer haut et fort « On ne lâchera rien tant qu’on n’aura pas obtenu de résultat. S’il faut se mobiliser demain et les autres jours, on le fera ! ».
Quelques discussions étaient vite conclues quant à la stratégie à adopter et un premier groupe partait sur la RN66 vers la station Colle, tandis qu’un autre prenait la direction opposée pour bloquer la circulation du côté de l’Aldi, laissant en route une troupe pour bloquer le carrefour de la rue de la Gare et qu’une autre délégation se dirigeait vers le Prey.
Dans le courant de la matinée, ce mouvement populaire non structuré a improvisé des mouvements et des blocages, toujours filtrant, notamment pour les secours à personnes.
Une manifestation au caractère bon enfant qui a cependant connu quelques rares situations tendues, lorsque des véhicules ont cherché à forcer le passage. « La race des connards n’est pas prête de s’éteindre ! » commentait une manifestante.
D’autres rencontres ont été nettement plus sympathiques comme celles avec des routiers qui, à leur passage, ont salué les manifestants à grands coups de klaxon, ou encore lorsque Jean-Marie, s’adressant à un automobiliste Luxembourgeois, discutait du prix des carburants au Grand-Duché.
Mais si le prix des carburants constituait le point de mobilisation officiel en cette journée, les slogans étaient beaucoup plus vastes, témoignant d’un ras le bol de ceux qui sont victimes de décisions prises au sommet de l’Etat. « C’est l’histoire de la grenouille qui ne se rend pas compte qu’elle meure quand on la plonge dans une casserole d’eau froide que l’on fait chauffer. Par contre, si on la plonge directement dans l’eau bouillante… ».
Retourner au contenu | Retourner au menu