2018_11_09 Médiathèque film Adieu la vie, adieu l'amour - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@ATUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2018 > Novembre
MEDIATHEQUE

« Adieu la vie, adieu l’amour » ou 14-18 sous un autre angle
C’est un angle de la guerre 14-18 nettement moins connu que les tranchées ou les taxis de la Marne. Entre 1914 et 1918, plusieurs milliers de condamnations à mort sont prononcées et 620 poilus sont exécutés par l’armée française.
En 1914, l’armée a tous les pouvoirs. Des conseils de guerre spéciaux jugent sans possibilité d’appel ou de recours en grâce. Les poilus, condamnés le plus souvent pour "abandon de poste en présence de l’ennemi" sont exécutés immédiatement.
Tout au long de la guerre et malgré l’abandon de cette justice d’exception en 1916, l’armée française continuera à fusiller, particulièrement pendant les mutineries de 1917 déclenchées par la troupe après le triste épisode du "Chemin des Dames".
Qui étaient ces fusillés ? Qu’ont-ils fait pour mériter la honte et le déshonneur ?
La Chanson de Craonne est connue pour avoir été entonnée par les soldats qui se sont mutinés dans une cinquantaine de régiments de l'armée française, notamment après l'offensive très meurtrière et militairement désastreuse du général Nivelle au Chemin des Dames. Au cours des combats, les soldats français, partant de la vallée de l'Aisne, devaient « monter sur le plateau » tenu par l'armée allemande. La « grève des attaques » commence le 2 mai. La répression touche quelque 30 000 mutins ou manifestants. 3 427 sont condamnés, dont 554 à mort et 57 sont exécutés.
Le général Nivelle est limogé le 15 mai, remplacé par le général Pétain, nommé le 17 mai 1917 au poste de général en chef des armées françaises. Il parvient à rétablir la discipline au sein des régiments touchés par les mutineries, en alliant condamnations exemplaires et mesures d'amélioration des conditions de vie des soldats.
« Adieu la vie, adieu l’amour », le titre du film proposé ce soir à 20h00 par la médiathèque est en lien direct avec cette Chanson de Craonne, dont le refrain est celui-ci :
« Adieu la vie, adieu l'amour,
Adieu toutes les femmes
C'est bien fini, c'est pour toujours
De cette guerre infâme
C'est à Craonne sur le plateau
Qu'on doit laisser sa peau
Car nous sommes tous condamnés
Nous sommes les sacrifiés »
La chanson de Craone, voir : https://www.youtube.com/watch?v=-sNpBS6bybQ
Vendredi 9 novembre à 20h00 à la médiathèque  – Entrée gratuite
Retourner au contenu | Retourner au menu