2018_08_31 annonce concert Ideal88 Bussang - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2018 > Août
BUSSANG

La musique baroque au menu du concert du 15 septembre

« Ombre et Lumière dans l'Angleterre du 17ème siècle Autour des Ayres de John Dowland et de Henry Lawes » : c’est le thème de ce concert à ne pas manquer !
    
C’est un concert de haute qualité qui est proposé le samedi 15 septembre à 20 h 30 par IDEAL 88 en l'église de Bussang. Aniella Zins, chant Brigitte Grenet, viole de gambe Monique Haug, archiluth, théorbe et guitare, ce sont trois musiciennes d'une grande virtuosité qui font retentir la musique baroque de John Dowland et Henri Lawes. Cette musique, datée de 400 ans, dépayse autant qu'elle trouve étonnamment écho avec notre sensibilité du XXI è siècle. A la charnière de la Renaissance et du Baroque anglais se situe le règne d’Elisabeth Première (1558-1603), elle-même excellente musicienne qui sut s’entourer des meilleurs artistes de son temps. Une époque qui vit éclore d’immenses talents parmi les luthistes, les virginalistes et les musiciens de théâtre. L’âge d’or élisabéthain correspond également à la grande époque du madrigal anglais et de l’air (ou ayre) à une ou plusieurs voix avec accompagnement d’instruments (du luth le plus souvent) qu’on appellerait en France « chanson au luth » … La musique de Dowland exprime souvent une grande délicatesse, mise en relief par une harmonisation riche en couleurs et en dissonances. Mais est aussi capable d'humour, comme sa danse appelée gaillarde. Celle de Henry Lawes, de même époque, a des accents gais, légers, poétiques, accentués par son amitié avec le grand poète Milton. Dans sa dédicace du Premier Livre de chansons ou airs publié en 1597 John Dowland souligne la primauté de la voix sur les instruments de musique. "Il est vrai que cette harmonie qui est habilement exprimée par les instruments, peut aisément susciter admiration et plaisir dans l'esprit des auditeurs. Cependant on a toujours attribué une autorité et un pouvoir supérieurs à cette sorte de musique qui ajoute, à la douceur des instruments, la vivacité de la voix humaine quand elle exprime quelque digne discours ou excellent poème."
A la charnière des styles renaissance et baroque, le concert du 15 septembre en l'église de Bussang se propose de mettre en lumière la manière avec laquelle des compositeurs anglais vont décliner ce même projet d'une musique au service du texte. Ainsi tout au long du 17ème siècle, ils tendront à se détourner de l'écriture polyphonique (exemplaire chez Dowland) propre au style Renaissance, pour proposer une simple ligne de basse chiffrée qui donnera toute latitude aux musiciens de suivre au plus près les chanteurs. De même ils useront moins systématiquement de madrigalismes (sortes d'illustrations musicales du texte) Appelée basse continue, cette nouvelle manière d'accompagner la musique apparue en Italie avec la naissance de l'opéra affirme une composante essentielle de ce nouveau style baroque dans lequel chant et accompagnement œuvrent ensemble à l'expression dans la musique même des affects qui animent le poète. Des pièces instrumentales d'autres compositeurs du 17e siècle apporteront un contrepoint ou bien prolongeront l'atmosphère tout en clair-obscur des chansons et airs de John Dowland et Henry Lawes.
Les musiciennes présenteront au public des instruments rares d'époque, viole de gambe, qui se joue avec un archet, archiluth, sorte de luth ténor, et théorbe sorte de très grand luth.
Trois musiciennes virtuoses
Monique HAUG: Archiluth et Théorbe Diplômée du conservatoire de Metz en guitare et musique de chambre, médaille d'or en guitare et musique de chambre, Monique Haug a intégré le département de musique ancienne du conservatoire de Strasbourg afin d'y étudier le théorbe auprès de Yasunori Imamura. Puis elle s'est perfectionnée auprès de grands maitres du baroque et du théorbe, approfondissant sa pratique de la basse continue comme du jeu en solo. Actuellement professeure de guitare et formatrice au CFMI de Sélestat, elle se produit dans différentes formations instrumentales avec une ouverture sur des styles diversifiés: du baroque à la musique sud-américaine en passant par la musique espagnole. Anielle Zins Artiste lyrique, soprano Après des études de danse, de piano, une licence de musicologie, une médaille d’or de chant, Aniella ZINS approfondit le répertoire baroque auprès de Michèle Ledroit au CNR de Strasbourg, puis de René Jacobs et de Rachel Yakar au Studio-Opéra de Versailles et se perfectionna au contact de diverses personnalités musicales de renom dont Pierre Barrat, ancien "Sage " du Théâtre du Peuple à Bussang. … Elle se produit régulièrement en concert en France et à l’étranger avec la Chapelle Rhénane, le Concert Lorrain, le Parlement de Musique, les Alizés, la Follia… … Aniella Zins affectionne également le récital en particulier avec des pianistes réputés Au théâtre, elle a créé en première mondiale le rôle de Sidora dans l’opéra Le Mal de Lune de Sandro Gorli, mis en scène par Pierre Barrat, dirigé par P. Nahon à l’Atelier Lyrique du Rhin à Strasbourg (1994). Elle a participé à de nombreux enregistrements discographiques (Variations Britten, Autour de Monteverdi…). Son intérêt pour la pédagogie l'a amenée à enseigner le chant au Théâtre national de Strasbourg, à l’Université de Strasbourg, au Conservatoire national de Région de Nancy après avoir obtenu le diplôme d'État et le certificat d'aptitude de chant. Elle intervient régulièrement à l’occasion de stages en France et à l’étranger. Actuellement, elle est professeur de chant et coordinatrice du département voix au Conservatoire à rayonnement régional du Grand Besançon. Brigitte Grenet, viole de gambe : a étudié chez Thérèse Pollet à l’École nationale de Chartres et a terminé avec un premier prix en 1983.En même temps, elle étudia durant 3 ans aux Pays-Bas au Brabant-conservatorium. En 1996, elle finit ses études de Viole de Gambe avec Jonathan Dunford avec un prix de spécialisation. Elle obtient un DEM de musique ancienne à la viole de Gambe et au violoncelle baroque avec Alain Gervreau tout en suivant à Aix en Provence un cycle professionnel en Viole de Gambe avec Sylvie Moquet en couronnant le tout par le prix du conservatoire d’Aix en 2010. Elle a joué dans différents ensembles comme l’Ensemble Odeline, Consort de Violes de Toulouse, Ensemble Veziana, Ensemble d’Alix Bourbon, Orchestres à cordes d’Ariège et de l’Aude. En ce moment, elle joue régulièrement dans le cycle Bach avec Daniel Leininger, l’ensemble Passerelle, l’orchestre Neukom et se produit régulièrement en musique de chambre.
Un trio de pointe pour une musique brillante, riche de finesse musicale, d'éclats, de sonorités baroques, toutes en ombre et lumière !
A 20 h 30 à l'église de Bussang Entrée 10 € Moins de 16 ans 5 €
Infos/réservations Office de Tourisme 03 29 61 50 37
Retourner au contenu | Retourner au menu