2018_08_21 Avolets : fête des abeilles - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2018 > Août
BIODIVERSITÉ

Les Avolets fêtent l’abeille

A l’heure où les abeilles sont en grand danger, les placer au centre d’une fête constitue un acte aussi militant qu’essentiel.
« En zone de montagne, nous sommes nettement moins touchés que dans les régions de production agricole intensive où les néonicotinoïdes, qui prennent la forme d’une enveloppe entourant la graine qui va être semée, fait des ravages. Si cette méthode permet de protéger la plante des insectes, elle est également à l’origine de la disparition de très nombreuses abeilles qui, après avoir absorbé ce poison, perdent totalement le sens de l’orientation » : le constat fait par Michel Filstroff, président du Syndicat des Avolets de Rupt sur Moselle est sans ambiguïté. Au niveau national, les pertes sont énormes.
Raison supplémentaire pour les apiculteurs de prendre soin de leurs protégées. La fête de l’abeille et de la diversité, 9ème du nom, qui a battu son plein ce dernier dimanche, a permis au public de montrer toute l’attention portée à cette indispensable butineuse par les 302 membres du syndicat des Avolets. Au fil des stands installés sur place, les visiteurs ont ainsi pu découvrir les plantes mellifères, mais aussi déguster et se sensibiliser aux saveurs des différents miels, découvrir les nombreux produits dérivés du miel…  Il était également question des méthodes peu, voire pas du tout respectueuses, pratiquées dans certains pays comme la Chine où le miel est extrait avant qu’il soit déshumidifié et de nombreuses abeilles massacrées lors de l’extraction industrielle du miel.
L’apiculture au centre de la biodiversité
Dans la miellerie, on était dans le concret avec le passage en revue des différentes opérations pour extraire le miel des cadres, le tout abondamment commenté par les animateurs : « Savez-vous que les abeilles injectent un peu de venin dans l’alvéole avant de la refermer ? C’est un excellent conservateur ! On sait également que ce venin est un remède efficace contre certaines maladies neurodégénératives comme la sclérose en plaque, qui est utilisé au Canada, mais pas en France… ». Autre commentaire, concernant le miel de sapin : « C’est un miel très spécial, car il est fabriqué par les abeilles à partir des… excréments de pucerons ! ».
« C’est le seul miel, avec celui de Corse, qui bénéficie d’une AOP – Appellation d’Origine Protégée » commentait le président Filstroff qui enchaînait : « L’apiculture est au centre de la biodiversité. Le matin, au lever, mes premières préoccupations concernent l’environnement des abeilles : y a-t-il eu de la rosée, quelle est la température, quelles sont les fleurs encore écloses… ». Autant de facteurs essentiels sur lesquels le président, qui est aussi formateur pour le syndicat, insiste à l’occasion des cours qu’il dispense, animé par l’ambition de partager son savoir concernant un monde qui n’en finit pas de le fasciner : « Dans une ruche, il y a entre 30 000 et 60 000 abeilles et tout est parfaitement organisé. Imaginez seulement 30 humains à bord d’un même bateau… ».
Retourner au contenu | Retourner au menu