2018_07_26 Ferme de Noiregoutte - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@ATUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2018 > Juillet
AGRICULTURE

Rencontre avec des fermiers heureux

A la ferme de Noiregoutte de Fresse sur Moselle, il y a belle lurette qu’Ivan et Céline sont sortis des sentiers battus pour privilégier une osmose aussi profonde que possible avec leur environnement.
Préalablement installés en Côte d’Or comme maraîchers bio, Ivan et Céline Martynciow décident d’acheter l’ancienne ferme Mougenot que le précédent propriétaire avait transformée en résidence secondaire. C’était en avril 2015. « Nous souhaitions nous rapprocher de nos familles » explique Ivan « Céline est d’origine alsacienne et de mon côté, ma famille est à Corcieux ». Le « bio », cela fait un bail que le couple l’a adopté. « Nous avons rapidement été confrontés à des problèmes d’allergies alors que nous utilisions des traitements chimiques » confie l’agriculteur fressiot « C’est également une prise de conscience : le monde de consommation effrénée ne peut que nous mener droit dans le mur ! ». Aujourd’hui, le couple a adopté un mode de vie en pleine osmose avec une philosophie qu’Ivan résume ainsi : « Nous respectons toutes les formes de vie, qu’elles soient  animales, végétales ou humaines. Nous ne pouvons pas être heureux si quelque part, nous  provoquons le malheur des autres ». Et cela va très loin dans la conscience des autres : le tracteur, générateur de pollution sonore, n’est utilisé qu’en cas d’extrême nécessité. « Si au cours d’un chantier, nous retrouvons des clous tordus, nous les redressons afin qu’ils puissent encore nous servir » détaille encore Ivan « Dans cette recherche d’habitudes ancestrales, nous nous sommes rendus compte que les anciens utilisaient beaucoup plus leurs neurones dans leur quotidien. Nous essayons de marcher sur leur pas ».
Aujourd’hui, l’exploitation compte une quarantaine de chèvres « De Lorraine, race locale » s’empresse d’ajouter l’agriculteur, quatre vaches, quatre veaux et un espace maraîcher, le tout réparti sur une vingtaine d’hectares.Une surface que le couple s’emploie à augmenter dans le plus profond respect de la forêt.
Vivre le monde sans le subir
Le lait de chèvre est transformé sur place et les fromages et produits maraîchers sont vendus sur le marché du Thillot, complétés par la mise à dispositions de paniers de légumes à une clientèle friande de produits sains. Un espace de vente est également aménagé à la ferme, de temps à autre géré par Emma, la fille d’Ivan et Céline, qui doit prochainement entreprendre des études d’horticulture en Alsace.
« Nous sommes en cours d’obtention des agréments nécessaires à la fourniture de nos produits à des collectivités » reprend Ivan « Le collège du Thillot et des écoles du secteur sont demandeurs ». Une démarche qui nécessitera une augmentation du troupeau afin de gonfler la production et satisfaire ces nouveaux clients. « Nous avons également le souci de prendre en considération la reprise à terme de la ferme par Samuel, notre fils, actuellement en formation à la Maison Familiale des 4 Vents à Ramonchamp ».
Des projets, le couple en a d’autres. « La ferme n’est pas raccordé au réseau électrique » confie Ivan « Nous allons prochainement lancer une opération de  «crowdfunding », un financement participatif à partir du site https://www.miimosa.com/fr?l=fr afin de nous doter de panneaux solaires, d’une éolienne, de batteries de stockage de l’électricité produite et d’un groupe électrogène de secours. Notre besoin se situe aux environs de 10 000 Euros ». Autre projet : l’acquisition d’un tracteur 4 roues motrices afin de réduire la pénibilité du travail. « Ces projets ont un objectif commun » reprend Ivan en guide de conclusion « Nous permettre de continuer à être heureux avec un esprit permanent d’ouverture sur le monde qui nous permet de le vivre sans le subir »
Retourner au contenu | Retourner au menu