2018_06_27 AG Amicale des Retraités - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@ATUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2018 > Juin
    
AMICALE DES RETRAITÉS DE HAUTE MOSELLE

40 ans et des incertitudes...

Un bras de fer est engagé avec les services fiscaux qui réclament la fiscalisation du service de repas à domicile, sans vouloir reconnaitre pour l’instant le caractère non lucratif de cette activité.
L’assemblée générale de l’Amicale des Retraités de Haute Moselle a été l’occasion pour Jean Miller de faire le point sur l’actualité de l’association créée en 1978. Après l’énorme chamboulement de la reprise du SSIAD par l’hôpital local et du rapprochement avec l’AMR, officialisée via la convention passée début 2017 pour un an renouvelable, la situation financière demeure délicate, d’autant que les services fiscaux demandent à l’Amicale de payer la TVA sur le service de portage de repas à domicile qui a dépassé le seuil autorisé pour en être exonéré. En jeu : 20% des quelques 74 000 Euros de recettes liées à ce service, soit quelques 15 000 Euros. Les rencontres à Remiremont et Nancy avec lesdits services fiscaux - « Côtoyer ces gens-là n’est pas ma tasse de thé ! » avouait le président Miller – n’ayant pas réussi à débloquer la situation,  l’Amicale a décidé de mettre le dossier entre les mains d’une avocate spécialisée qui va tenter de faire valoir l’aspect non lucratif de cette activité importante pour la population locale, comme en témoignait Marie-Christine Clément qui précisait : « En 2017, nous avons servi 8649 repas, contre 5540 en 2016 ».
Côté relations avec l’ADMR, c’est par contre le « beau fixe », chacun exprimant sa volonté de voir la fusion-absorption finalisée au plus tard pour la fin de cette année, « Après que les conseils d’administration des deux structures aient validé cette opération par leurs votes respectifs » détaillait Pierre Biery, directeur ADMR 88 « Tout en faisant en sorte que chacun conserve son identité «  s’empressait-il d’ajouter avant de laisser Jean Miller conclure sur le sujet : « On espère tous que le Père Noël apportera ce cadeau dans sa hotte ! ».
Divers

Déficit : l’année comptable se solde par un déficit d’environ 50 000 Euros. « C’est un déficit budgétaire, pas une cessation de paiement ! » insistait Claude Humblot la trésorière.
Cotisations 2018 : le conseil d’administration de l’Amicale, sans vision à court terme de l’avenir, avait décidé de ne pas lancer de campagne de cotisation pour cette année.
Nouveaux administrateurs : sur proposition du président, Christiane Rousselot, Pierre Mai et son épouse, ainsi que Marie-Lise Schmittheissler font leur entrée au sein du conseil d’administration.
Téléassistance : ce sont actuellement 82 contrats qui sont actuellement en cours, dont 25 installations en 2017.
Repas à domicile : le prix du repas livré est passé de 8.75 Euros à 8.90 Euros depuis le début de l’année.
Intervention de Michel Mourot : « Il y a beaucoup de questions. Des solutions sont à venir, mais tout n’est pas réglé. L’Amicale est une association très importante pour toute la Haute Moselle ». Le maire renouvelait son soutien à l’association et mettait les bénévoles à l’honneur, avant d’introduire l’intervention de Philippe Spillebout (voir ci-dessous).
L’intervention de Philippe Spillebout de l'ADEMAT
En fin de réunion, la parole a été cédée à l’ancien maire de St Maurice, membre de l’ADEMAT, qui a longuement fait état de la situation actuelle concernant le centre hospitalier de Remiremont, récemment rebaptisé "Béatrix de Lorraine". « Ce n’est pas gagné ! » confiait-il « Les derniers « bruits » laissent planer le doute sur le service cuisine qui partirait à Epinal, sur le maintien de la seule chirurgie ambulatoire à Remiremont, avec des questions sur les urgences et la transformation du centre hospitalier en EHPAD… », tout cela en plus des menaces qui pèsent toujours sur la maternité et la cardiologie… Dénonçant le double langage de la ministre de la santé, il lançait « Nous avons besoin de tous » en appelant chacun à adhérer à l’ADEMAT afin de renforcer le rapport de force – « Les adhésions peuvent être prises auprès de Marie-Christine » précisait-il - un aspect qui prendra une nouvelle dimension avec les rendez-vous fixés à Remiremont les 9 juillet à 20h30 pour une réunion publique et une nouvelle manifestation programmée le 13 juillet.
Retourner au contenu | Retourner au menu