2018_06_19 Appel du 18 juin et prix concours de la Résistance - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@ATUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2018 > Juin
COMMÉMORATION DU 18 JUIN

Éloge d’un acte de désobéissance salvateur
Les cérémonies de commémoration de l’Appel du 18 juin  ont été l’occasion pour les nombreux élus du canton présents hier sur la place de l’Eau Vive à Fresse sur Moselle de marquer à nouveau leur volonté de renforcer l’inscription de cette date dans la mémoire collective et ainsi faire passer le message aux jeunes représentés par des écoliers des « Petits Erudits » de Fresse et des collégiens des établissements de Rupt et du Thillot.
Au terme d’une cérémonie millimétrée dirigée de main de maître par l’Ad.C Régis Thomesse, permettant à Jules, Loan et Aleyna de lire le texte de cet appel historique lancé par le Gl de Gaulle depuis Londres, la remise du drapeau des Déportés Internés et Résistants à Hervé Pierrel par Thierry Rigollet et Henri Montémont, et trois dépôts de gerbes (voir photos), l’imposant cortège s’est dirigé vers la salle des fêtes pour le remise des prix du concours de la Résistance.
Maitre de cérémonie, Jean-Aimé Morisot, du Souvenir Français, rappelait ce concours national, né il y a plus de 50 ans ayant permis aux anciens élèves « de côtoyer les acteurs locaux de cette période tragique ». Il revenait également sur l’implication du collège Jules Ferry remontant au début des années 1980 avec des élèves de 3ème, parmi lesquels, comme l’année passée,  10 ont été sélectionnés par les professeurs de l’établissement.
Avant de passer à la remise de ces prix, l’ancien prof d’histoire, lui-même acteur majeur de cette action de mémoire au sein du collège où il a enseigné, a rappelé le décès récent de Jean Denis, président du comité cantonal du Souvenir Français.
A l’issue de la remise des prix du concours (voir photos) et avant le vin d’Honneur, Dominique Peduzzi évoquait cette leçon d’Histoire portée par cet Appel du juin. « En la circonstance, nous avons eu droit à un acte de désobéissance, malgré les consignes de capitulation du Ml Pétain. Il est important d’avoir à l’esprit que, si les règles permettent en général de faire fonctionner les collectivités et se doivent donc d’être respectées, certaines situations au caractère inacceptable doivent être combattues, au-delà des ordres donnés. Pour cet Appel du 18 juin, il était question de ces valeurs fondamentales que sont la Liberté et la Démocratie ».
Retourner au contenu | Retourner au menu