2018_06_14 RECRE Sauver le presbytère de Bussang - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2018 > Juin
RECRE « Vivre et créer à la Montagne »

Sauver le presbytère de Bussang
« Dès 2008, nous avons souhaité protéger notre patrimoine. Nous envisagions alors de transformer le presbytère en musée en lien avec le Théâtre du Peuple. L’idée n’a pas séduit. Aujourd’hui, ce bâtiment est en mauvais état et présente un danger potentiel : c’est la raison pour laquelle le conseil municipal a décidé sa déconstruction, avec cependant l’idée de conserver sa charpente particulière pour en faire une gloriette abritant une expo permanente installée sur le square Maurice Pottecher » : Alain Vinel résumait ainsi la situation à l’occasion de l’assemblée générale de RECRE qui, par la voix de Vincent Decombis souhaite mettre en œuvre un projet permettant de conserver l’un des plus anciens bâtiments de la commune, datant de 1725. Une idée que le maire n’a pas balayée, tout en précisant : « J’ai besoin d’une proposition de solution pérenne pour la fin de cette année 2018, sinon le conseil municipal sera à nouveau saisi au sujet de sa démolition ».
Le président de RECRE traçait les grandes lignes de ce projet devant permettre la conservation de l’ancien presbytère : « Ce sera un lieu d’actions culturelles » expliquait-il « Des courriers sont déjà partis en différentes administrations susceptibles d’appuyer ce projet » avant d’ajouter « Mais en premier lieu, il convient de sécuriser les lieux. Mickaël a déjà bien avancé sur cet aspect ». Et l’expert-artisan de détailler l’urgence d’intervenir sur la toiture, dont une panne est à changer qui est à l’origine d’infiltrations d’eau, le problème de la charpente qui pose sur le plancher, une quarantaine de mètres carré de plancher à refaire et le revêtement extérieur pour des soucis esthétiques. « Nous pourrions fonctionner sur le principe d’un chantier participatif, en partenariat avec une entreprise pour la mise à disposition d’un échafaudage ».
« À nous de nous mobiliser ! » concluait Vincent Decombis.
Retourner au contenu | Retourner au menu