2018_06_05 Salon Médecines Douces - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@ATUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2018 > Juin
SALON MÉDECINES DOUCES ET BIEN-ÊTRE

Une première qui en appelle d’autres

Suite à ce premier opus du genre dans la cité, une nouvelle édition semble déjà être « dans les tuyaux » pour l’an prochain, en version améliorée.
« Découvrir d’autres façons de se soigner, de prendre soin de soi, plus en lien avec la Nature » : tel était l’objectif de ce premier salon « Médecines Douces et Bien-Être » proposé par l’UCAT ce dimanche en complément de La Foire aux Beignets et de la Foire Auto. Une vingtaine d’exposants était rassemblée à la salle Cécile Valence pour présenter leurs savoir-faire multiples. Un panel très varié de massages, acuponcture, pouvoir des pierres, radiesthésie, reiki, ostéopathie, shiatsu, iridologie, naturopathie, sophrologie, magnétisme… la gamme était vaste et nombreux sont ceux qui ont profité de leur visite pour passer sur la table de soins de l’un des praticiens pour découvrir et tester une discipline. Complément incontournable de ces pratiques, des stands proposaient des produits à base de plantes : huiles essentielles, fleurs de Bach ou encore des flacons et fioles contenant des préparations à base de produits naturels, bio bien sûr !
Au moment où les personnalités étaient rassemblées dans le hall de la médiathèque pour l’inauguration de la trilogie La Foire aux Beignets,  Foire Auto et Salon, tous étaient unanimes à reconnaître les vertus de ces pratiques, en pleine cohérence avec l’image verte des Hautes Vosges et contribuant de plus à l’essor d’une économie en plein « boum ». Tous soulignaient également l’intérêt de la mise en œuvre de ce salon au thème original et même pionnier sur la Haute Vallée de la Moselle.
Dominique Peduzzi évoquait cette action, débutée il a quelques années à l’initiative du Département permettant la protection des très fragiles et précieuses fleurs d’arnica. Il enchainait sur une autre action à venir : la mise en œuvre de l’espace bien-être intégré au projet de la future piscine.  
Le glyphosate, ce poison...
« Les acteurs locaux du bien-être y auront toute leur place dans un cadre qu’il conviendra de définir » commentait-il « La structuration du projet piscine permettra de nombreuses possibilités ».
De son côté, Christophe Naegelen mettait en avant cette filière profondément complémentaire à l’image nature du secteur avant de répondre à une interpellation à propos de ce « poison » pour la santé de chacun qu’est le glyphosate, intégré dans le fameux Roundup produit par la firme Monsanto, reconnu comme probablement cancérigène par l’OMS, mais qui continue à être déversé par millions de tonnes sur des produits que l’on finit par retrouver dans l’assiette, et dont l’Assemblée Nationale vient de rejeter l’interdiction. Le temps d’entrer dans le détail des horaires quelque peu surréalistes des séances de l’hémicycle ayant vu le rejet de cette interdiction lors d’un vote à une heure très avancée de la nuit, le député argumentait « Cette interdiction relève de la compétence de l’Europe ! » avant d’ajouter avec force en « off » : « On entend n’importe quoi à propos de ce rejet de l’interdiction. De mon côté, je n’ai jamais eu le moindre coup de fil de Monsanto !». En attendant une loi permettant d’interdire ce poison, chacun pourra s’orienter vers les produits « bio » dont le label est un gage de qualité ou mieux encore, cultiver son jardin pour approvisionner son assiette dont chacun pourra être certain de la qualité.
Au bout de la journée, un premier bilan était fait avec les exposants, en grande majorité très satisfaits. Une seconde édition semble d’ores et déjà en vue pour l’an prochain, en y intégrant quelques modifications afin d’en améliorer le cadre, l’audience et la notoriété.
Retourner au contenu | Retourner au menu