2018_05_20 Nuit de la Mine - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2018 > Mai
NUIT DE LA MINE

Le plein de nouveautés

Prenez les ingrédients qui ont donné une totale satisfaction, et ajoutez-y quelques nouveautés : c’est la recette gagnante de la Nuit de la Mine, édition 2018.
Organisée dans le cadre de la « Nuit Européenne des Musées », la Nuit de la Mine a su se tailler une place de choix dans le programme des animations du secteur. Exposition vivante des métiers liés aux mines de cuivre du temps des Ducs de Lorraine, cette manifestation propose une superbe balade dans le temps. Elle est aussi un excellent moyen mis à disposition de la population locale pour s’approprier son patrimoine devenu aujourd’hui un des fers de lance de l’activité touristique en haute vallée de la Moselle.
Les « classiques » étaient donc au rendez-vous la nuit dernière. Les « Hattatos » et leur science du travail du bois : sciage de long, tuyaux de pompage, taille de charpente, la troupe de RECRE qui, en 7 tableaux, a interprété « Eldo Radeau », nouvelle pièce écrite par Vincent Decombis, nécessairement subversive et donc… indispensable, la musique avec Christophe Toussaint et sa superbe complicité avec le duo « Après la pluie » - le bien nommé ! -, l’infatigable Robert Greset qui a fait résonner son marteau sur l’enclume de sa forge toute la soirée, « Fred » Durand qui, en tongs et t-shirt, devant un nombreux public emmitouflé en cette soirée frisquette, a une nouvelle fois démontré sa science du feu et de la matière fondue en proposant de nouvelles sculptures en bronze. Jeux anciens et atelier de costumes étaient également au rendez-vous, de même que le « Cabaret de la mine » et l’Auberge des Mineurs » qui ont servi quelques 240 plateaux repas dans la soirée, sans oublier, bien évidemment, la visite de la galerie « Rouge Montagne » qui a mobilisé l’équipe des Hautes Mynes jusqu’à une heure avancée de la nuit pour répondre à la forte demande.
Un programme déjà « béton » qui a été complété par des nouveautés pour ce cru 2018. On notera la visite de celui qui allait devenir le Duc Charles IV sur son fier destrier, venu inspecter ses troupes sur le site minier, notamment l’équipe chargée de confectionner la pompe à bras qui, mise à l’eau vers 22h30, a parfaitement fonctionné. Autre nouveauté, le stand animé par Nicole Ely qui, à partir de plantes, proposait la création de papiers divers. Le Théâtre du Peuple figurait également parmi les « plus » de cet opus, à travers son nouveau directeur, Simon Delétang, venu superbement lire un texte signé Pierre Pelot, extrait de « C’est ainsi que les hommes vivent » racontant la vie au temps des mines du Ban de Ramonchamp au début du XVIIème siècle, dans le décor magique du site éclairé par les torches, braseros et autres chavandes…
A suivre…
Retourner au contenu | Retourner au menu