2018_03_31 Compteurs Linky - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2018 > Mars 2018
COMPTEURS LINKY

« Un tissu de mensonges ! »

Durant les deux heures et demie qu’a duré la conférence-débat sur le compteur Linky, Dominique Humbert s’est évertué à décrypter le programme d’Enedis. Convaincant, angoissant et... énervant !
« Gagner de l’argent sur notre dos ! »
« Pourquoi ce tissu de mensonges ? » demandait le représentant de « StopLinky88 »  « La vraie explication se trouve dans des déclarations faites par les plus hautes instances d’Enedis dans la presse économique : l’entreprise veut se positionner sur le marché du « Big Data », - la collecte de données à grande échelle -  la domotique et les objets connectés. Le patron d’Enedis ne parle d’ailleurs plus de compteur, mais de capteur. Il s’agit en fait de monnayer les données personnelles qui seront recueillies dans chaque foyer, passant outre les fausses déclarations d’intention d’Enedis qui jure que ces données resteront strictement confidentielles! ». Un extrait de film montrait la gravité de la situation. Le système permet de connaitre tous les appareils électriques d’un foyer, identifier ceux qui fonctionnent. Pire : un scientifique allemand affirme pouvoir reconnaitre un film en cours de visionnage grâce à son spectre lumineux ! Autant de données qui intéressent de nombreux acteurs marketing. « On est donc dans la situation où Enedis  a développé un vaste projet d’entreprise qui va lui permettre de gagner beaucoup d’argent tout en faisant en sorte de nous faire payer le système de collecte des données ! » s’insurgeait le conférencier.
Et ce n’est pas tout : ce compteur constitue une porte ouverte au piratage des données personnelles informatiques. « Les pirates parviennent à pénétrer la CIA, ils peuvent donc entrer chez vous ! » constatait Dominique Humbert « Sans compter que la technologie utilisée – le CPL Courant Porteur en Ligne – émet des ondes électromagnétiques 2.50m autour de chacun des fils électriques de la maison. Des ondes que l’OMS – Organisation Mondiale de la Santé – estime comme probablement cancérigènes ».
Des lettres type mises au point avec des avocats
Dans la salle, chacun se posait bien évidemment la question : comment échapper à ce compteur ? « Mobilisez-vous !» lançait le conférencier « Vous avez le droit de refuser et de vous organiser collectivement. Je peux vous aider, mais je ne le ferai pas à votre place ».  L’association a mis au point avec des avocats spécialisés des modèles de courrier téléchargeables sur le site de l'association.
Des modèles qui concernent également des communes qui, restant propriétaires des compteurs (même en cas d’adhésion à un syndicat mixte) peuvent prendre des délibérations. « A ce jour, plus de 500 communes ont pris une délibération contre Linky, comme celle de Granges Aumonzey en date du 18 juillet 2017. Cette commune, mise sous pression par la préfecture avait invité un représentant d’Enedis pour présenter le projet. Nous y étions également et au terme du débat contradictoire, le conseil municipal a confirmé sa délibération. Enedis ne veut plus de débat contradictoire avec nous, et cherche à nous décrédibiliser ! ».
Si un refus peut facilement être géré pour les compteurs situés en intérieur, le blocage des compteurs en extérieur  est déjà un peu plus compliqué et passe par un blindage dudit compteur : grillagé, bétonné, cerclé de fer… les diapos projetées ont illustré différentes méthodes mises en œuvre.
Encore plus compliqué « Même si cela reste possible !» affirmait Dominique Humbert  est le cas des panneaux photovoltaïques pour lesquels le combat s’annonce encore plus rude…  « Les seuls combats perdus d'avance sont ceux qu’on engage pas ! » concluait le militant.

Membre fondateur de l’association « StopLinky88 », le Bressaud Dominique Humbert a animé sa 25ème conférence débat sur le très décrié compteur communicant « Linky » à la halle de Rupt sur Moselle ce dernier jeudi. Avec méthode, s’appuyant sur de nombreux documents, il démonté la mécanique mise en place par Enedis pour faire passer ce qui apparait de plus en plus comme une pilule très amère.
Imposé par l’Europe ? « Faux ! L’Europe parle d’une recommandation. D’ailleurs l’Allemagne a abandonné son projet de mise en place de ce type de compteur ».
Calendrier : « Attention ! Enedis met en ligne un calendrier prévisionnel, mais intervient avant pour prendre les gens par surprise et ne pas leur laisser le temps de s’opposer».
Le temps de « démonter » d’autres arguments d’Enedis : factures précises « C’est déjà le cas ! », pas besoin d’être présent pour les relevés « Déjà possible », détection rapide de pannes « En cas de coupure, l’alerte est nécessairement donnée rapidement »…  et le conférencier abordait d’autres aspects.
Le Linky disjoncte souvent : « Avec cet appareil, et contrairement aux anciens, tolérance zéro. Si, lors du démarrage d’un appareil avec un besoin de puissance sur une fraction de seconde, le Linky disjoncte : objectif d’Enedis, faire passer le client à une puissance supérieure et donc une augmentation de facturation ».
Incendie : « Des compteurs Linky sont à l’origine d’incendies. Une enquête est même actuellement en cours suite au décès d’une personne à Laxou »
Pannes : le compteur serait à l’origine de pannes sur des appareils électriques. Il causerait également des dysfonctionnements multiples comme des arrêts ou mises en marche inopinés.
Emploi local : « Le programme d’installation des compteurs sur St Dié a été confié à une société de Seine et Marne. Pire : pour Epinal, c’est une société portugaise qui a été choisie ».
Retourner au contenu | Retourner au menu