2018_02_05_AG école de musique - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@ATUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2018 > Février
ÉCOLE DE MUSIQUE

Enfin une gestion intercommunale équitable ?

Ouvert depuis une dizaine d’années maintenant, le dossier a récemment pris une nouvelle tournure. Ça s’annonce très compliqué, mais l’espoir est de mise.
Sur les 41 élèves inscrits à l’école de musique, 15 sont du Thillot, 7 de Bussang, 6 de St Maurice, complétés par 5 de Fresse, 4 du Ménil, 3 de Ramonchamp et 1 de Rupt. Or, le gros du financement – la cotisation demandée aux élèves enlevée - n’est assuré à l’heure actuelle que par les communes de St Maurice et Bussang proportionnellement aux élèves issus de ces deux communes, le Thillot finançant le reste. Une situation qui perdure depuis de longues années et qui pose bien évidemment un problème d’équité. Ce dossier est actuellement sur la table de la Comcom qui se penche sur une intégration de la compétence musique, que la loi permet. Mais les choses ne sont pas simples : trois communes sont actuellement adhérentes au SIVU musique de Saulxures : Ramonchamp, Ferdrupt et Rupt. Et en sortir est un vrai parcours du combattant, puisque le SIVU est amené à se prononcer sur une telle demande. « Donc quasiment impossible ! » commentait Alain Vinel lors de sa prise de parole en tant que vice-président de la Comcom. De plus, il semble bien que l’une de ces communes se montre à l’heure actuelle réticente à sortir du SIVU. « J’ai un peu de mal à comprendre la position de cette commune » expliquait Michel Mourot « Le coût annuel d’un élève à l’EMT est de 800 Euros par année, alors qu’elle est le double au SIVU, pour une prestation identique. De plus, cela permettrait des déplacements nettement plus courts pour les élèves de cette commune ». En attendant que des décisions allant dans le sens de cette équité souhaitée soient prises, Nicolas Fetet, président de l’EMT, a présenté un budget 2018 « de combat », intégrant une participation de chacune des communes au prorata du nombre d’élèves inscrits, sur la base de 692 Euros par élèves, soit 10 380 Euros pour le Thillot, 4 844 Euros pour St Maurice, 4 152 Euros pour Bussang, complétés par 3 460 Euros pour Fresse, 2 768 Euros pour le Ménil, 2 076 Euros pour Ramonchamp et 692 Euros pour Rupt.  
Un « plan B » si…
« Et si une commune refuse cette demande de subvention, que va-t-il se passer ? » demandait fort justement la mère d’une musicienne ramoncenaise dans le public ? Question à laquelle le président Fetet répondait ainsi : « Il s’agit d’un budget provisoire, susceptible d’être modifié en fonction de ce qui va se passer ». Il existe donc une sorte de « plan B » que détaillait le maire du Thillot qui connait bien le dossier, ayant présidé aux destinées de l’UMT il y a quelques années : « Le Thillot ne peut pas toujours payer pour les autres ! Nous sommes prêts à revoir notre subvention si les choses ne se passent pas comme souhaitées cette année. Par contre en 2019, il faudra mettre en œuvre cette répartition ».
Autre dossier ouvert depuis  une dizaine d’années, la remise à jour du tarif horaire pour les profs, bloqué à 15.53 Euros/heure. Pour ce budget 2018, le coût à l’heure passera à 17 Euros. Côté dépenses, il est encore prévu d’investir dans la rémunération, à hauteur de 2 heures par semaine, pour une mission de direction qui est confiée à Marie Balland, professeur et nouvelle directrice de l’UMT.
Dans les objectifs de l’année, le président a également inscrit dans les tablettes le renforcement des présentations des instruments dans les écoles, source de recrutement potentiel pour l’école de musique, ainsi que cette rencontre avec Vagney et Saulxures, accompagnée par Gaspar Hoyos, 1ère flûte de l’orchestre symphonique et lyrique de Nancy.
Avant de donner la parole aux élus et passer au vin d’honneur, les élections ont permis de réélire « Fanfan » Frattini, Josette Géhin et Jean-Louis Grünenwald au comité qui voit également arriver Régis Grosjean, non plus comme membre de droit en tant que chef de musique – poste désormais occupé par Marie Balland -, mais en tant que membre élu.
Retourner au contenu | Retourner au menu