2018_02_04_Crèche PPE et vaccins - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@ATUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2018 > Février
    
CRÈCHE MUNICIPALE

Le piège de la nouvelle loi sur les vaccins

La loi entrée en vigueur le 1er janvier dernier, oblige les parents à faire vacciner 11 fois leurs nourrissons, Une obligation très décriée.
A l’occasion de la dernière séance du conseil municipal, les édiles ont examiné et validé plusieurs points concernant la crèche et son proche avenir, le Pôle Petite Enfance. En premier point de l’ordre du jour figurait l’actualisation du règlement intérieur, du contrat d’accueil et des tarifs de la crèche municipale « L’Ile aux Enfants ». Concernant le contrat d’accueil, rien de nouveau à signaler. Pour les tarifs, les élus ont entériné une légère augmentation qui, de toute façon, est imposée par la CNAF. On pourra d’ailleurs se questionner sur cette démarche visant à donner un accord à une mesure obligatoire… C’est au niveau du règlement intérieur que figure la plus grosse actualisation. L’article 3 de ce document revisité stipule en effet que désormais « L’admission de votre enfant ne pourra être effective que s’il a subi les vaccinations obligatoires » et de citer, pour les enfants nés à partir de 2018 : diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, haemophilus influenza, hépatite B, méningocoque C, pneumocoque, rougeole, oreillon, rubéole, soit les 11 vaccins rendus obligatoires par loi qui sont ainsi imposés, contre 3 auparavant. « Nous ne faisons qu’appliquer la loi » explique Natacha Mougel, directrice de la crèche « Sans ces vaccinations qui doivent être précisées dans la partie médicale du dossier d’inscription, un enfant ne pourra pas intégrer la crèche ».

L'appel des professeurs Montagnier et Joyeux
Une loi qui est loin, très loin même de faire l’unanimité. Notamment dans le milieu médical, avec des prises de positions très tranchées de grands noms de la médecine. Pour les professeurs Luc Montagnier, prix Nobel de médecine et Henri Joyeux, prix international de cancérologie, qui ont lancé une pétition en direction des personnels de santé, cette nouvelle loi n’est rien de moins qu’une « Erreur grave de santé publique ». Et les craintes développées ne manquent pas : morts subite du nourrisson (même si elles sont rares), maladies auto-immunes chroniques graves et handicapantes particulièrement du fait de la présence de quantités trop importantes de l’adjuvant aluminique dans la composition de la plupart des vaccins, des risques de cancers particuliers, des os, des muscles, des cartilages.. que sont les sarcomes, extrêmement graves chez des adolescents et adultes jeunes, détectés déjà chez les animaux recevant des vaccins avec l’adjuvant aluminium.
Les deux professeurs soulignent en outre la non-conformité de l’obligation vaccinale de cette nouvelle loi avec le droit international, rappelant la Déclaration Universelle sur la Bioéthique et les Droits de l’Homme signée en 2005 par 193 pays dont la France. Elle stipule que toute intervention médicale préventive ne doit être effectuée qu’avec le consentement préalable, libre et éclairé, de la personne concernée et fondé sur des informations suffisantes. Pire, la nouvelle loi prévoit que les parents récalcitrants relèvent désormais du code pénal et s’exposent à des peines pouvant aller jusqu’à deux ans de prison et 30 000 Euros d’amende…
Dérogation sur présentation d'un certificat médical
D’autres média, après avoir enquêté, soulignent le fait qu’Agnès Buzyn, la ministre de la santé à l’origine de cette loi controversée, a été durant de nombreuses années rémunérée par différents laboratoires pharmaceutiques, et s’interroge sur l’existence de conflits d’intérêts ayant été à l’origine de cette nouvelle loi et ses 11 vaccins obligatoires…
Alors, quelle solution adopter pour les parents qui ne veulent pas entendre parler de ces vaccins potentiellement dangereux ? Il existe sur internet un certain nombre de sites qui proposent des échappatoires, notamment en visant à responsabilité les médecins en assumant les éventuelles conséquences de ces vaccinations. Natacha Mougel évoque de son côté une solution relativement simple à mettre en œuvre : « Des dérogations peuvent être accordées sur présentation d’un certificat médical ».  

Le Pôle Petite Enfance
Dans le cadre de ce conseil municipal, les élus ont également validé la somme de 20 081.88 Euros HT afin de finaliser la construction du Pôle Petite Enfance. « Nous avons intégré le personnel dans les décisions et, désormais je considère ce dossier comme finalisé » expliquait Michel Mourot. Un équipement que la directrice de « L’Ile aux Enfants » voit arriver avec enthousiasme : « Nous avons actuellement un effectif tournant de 120 enfants, avec la contrainte de ne pas dépasser le nombre pour lequel nous avons obtenu un agrément, soit 45 enfants. Un nombre pour lequel nous avons obtenu une autorisation de dépassement de 20%, qui nous amène à pouvoir accueillir au maximum 54 enfants simultanément». Une limitation qui place certaines demandes en position d’attente que l’intégration du nouvel équipement doit permettre de réduire, voire absorber et qui permettra au personnel – 10 personnes pour l’encadrement des tout-petits, auxquelles il convient d’ajouter 3 ATSEM et 3 agents d’entretien – de travailler dans un cadre nettement plus fonctionnel.
    
Vidéo explicative sur les dangers potentiels des vaccins : https://www.facebook.com/Archivages/videos/131006184364772/
L'appel des professeurs Montagnier et Joyeux :https://www.11vaccinsobligatoires.com/appel-montagnier-joyeux/script/
Les relations entre la Ministre de la Santé et les labos pharmaceutiques : http://www.libreactu.fr/agnes-buzyn-a-ete-remuneree-par-les-labos-pendant-au-moins-14-ans/
Un exemple de lettre de responsabilisation de médecin à faire signer avant vaccination : http://artdevivresain.over-blog.com/article-echapper-a-la-vaccination-grace-au-respect-de-la-loi-38194079.html
Retourner au contenu | Retourner au menu