2017_10_ 23_Fort de Servance 1/2 - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2017 > Octobre
FORT DE SERVANCE 1/2

Travaux salutaires en cours

L’ancienne fortification, après bien des années laissée à l’abandon, est aujourd’hui entre les mains d’un passionné qui a décidé de l’entretenir, voire le restaurer.
Fort de Servance ou Fort de la Tête de l’Ours du nom de la colline supportant l’imposant édifice : peu importe l’appellation : il s’agit bien du fort construit à proximité du col des Croix entre 1875 et 1877. Durant ces années, ce sont quelques 3000 hommes qui ont été mobilisés pour la construction de ce « monstre » de pierre. Dans cette fourmilière humaine, 700 sont venus d’Italie et de nombreux agriculteurs locaux ont été sollicités, moyennant rémunération, bien évidemment. « Destiné à accueillir initialement environ 500 hommes, il n’en a jamais accueilli guère plus d’une centaine » détaille Emmanuel Baumann, propriétaire des lieux depuis juin 2015. Un nouveau propriétaire privé qui succède à celui qui avait acheté les lieux à l’Etat en 2000, mais qui contrairement à l’ancien possesseur, a d’ores et déjà entrepris des travaux d’entretien et envisage des chantiers de restauration à échéance. Une « folie » particulièrement sympathique qui trouve ses racines dans l’attrait pour l’histoire de celui qui en a fait son métier : il est en effet professeur d’histoire et exerce à Belfort. Mais cet attrait pour l’histoire n’est pas sa seule motivation : durant la visite depuis le chemin de ronde, l’enseignant n’hésite pas à s’arrêter pour contempler le superbe paysage offert : somptueux ! Enfin, le professeur est également un adepte d’ « Airsoft » comme en témoigne la casquette rivée sur sa tête. Une activité de tir sportif par équipe à laquelle se prête à merveille l’ancien édifice militaire.« A signaler que les billes utilisées pour ces jeux sont faites à partir de maïs et donc totalement biodégradables ! » précise Emmanuel Baumann.
Des inscriptions émouvantes
C’est d’ailleurs avec une équipe d’Airsoft, « Men in Green », que le « boss » du Fort a passé un accord : gratuité pour leurs séances contre coup de main pour les travaux. Une collaboration qui se révèle particulièrement efficace, témoins les lieux qui portent les signes des interventions salutaires de cette équipe. D’autres  éléments témoignent également de la volonté de restaurer, comme l’accès principal entièrement refait en béton coulé flambant neuf ou encore le portail d’entrée lui aussi très récent. Des travaux qui ont été confiés à des entreprises locales de la Haute Vallée de la Moselle. Après avoir franchi l’énorme fossé, Emmanuel Baumann s’engouffre dans une ouverture particulièrement discrète pour pénétrer dans l’enceinte de la fortification. Le pas décidé et soutenu, le propriétaire des lieux se balade dans les nombreux couloirs  souterrains du fort avec l’aisance que lui confère la connaissance approfondie des lieux. Il se dirige sans aucune hésitation dans une des nombreuses salles et s’arrête devant un vieux panneau de bois peint en gris portant des stigmates du vieillissement, mais supportant des inscriptions encore bien lisibles « Regardez, c’est émouvant ! » confie-t-il en s’écartant pour éclairer le panneau avec sa lampe de poche. Sur le panneau figurent plusieurs traces de crayon manuscrites, dont une a été laissée par un Mr François Leroyer de la classe 1887 ! La visite se poursuit avec rythme dans les dédales du labyrinthe. Un superbe escalier flambant neuf permet d’accéder au niveau supérieur. Cet ouvrage métallique arbore fièrement l’identité de ses concepteurs et fabricants du lycée Raoul Follereau de Belfort section BTS chaudronnerie.
à suivre…
Retourner au contenu | Retourner au menu