2017_09_04 Concert OK Chaos - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2017 > Septembre
CONCERT

OK Chao : gros succès pour un concert militant

Issus de la grande région, les adeptes du métal, hardcore et autre trash étaient au rendez-vous de l’association OK Chaos. Rencontre avec une culture qui demande à être connue.
Quoiqu’il en soit, cette musique et ses codes spécifiques sont devenus au fil des années une culture. Et comme toute culture, ce public a besoin de « grand-messe », de rassemblements fortement marqués par cette identité. « Notre objectif est avant tout de faire bouger le Thillot » reprend « Mitch » « Notamment en proposant des concerts de ce que l’on pourrait résumer par musiques actuelles amplifiées » avant de poursuivre « Nous nous inscrivons cependant dans une démarche militante, alternative, voire politique, en refusant les circuits officiels et en revendiquant haut et fort notre bénévolat ».  Refus de la « société – tout fric » !
Pour ce concert, l’affiche comportait trois rencontres. Premier à occuper la scène, « Illegal Corpse » un groupe made in Vosges, a mis le feu dans la salle avec sa partition « bourrin » bien plantée dans le trash crossover. En milieu de soirée, le podium était repris par les Anglais de « Roughneck Riot », formation aux sonorités très intéressantes intégrant un banjo, un accordéon et une mandoline, en sus de la batterie et de deux guitares. Enfin, tête d’affiche de ce concert, le groupe « Black.Bomb.A » une référence du Métal – Hardcore a emmené le public jusque tardivement dans la nuit.
A l’occasion de ses 20 ans l’an prochain, OK Chaos reviendra à ses premières amours en proposant un festival sur 2 jours les 30 et 31 mars 2018. Un autre concert sera programmé le 15 septembre. Le tout à la salle de la médiathèque.
Guillaume Michalet, alias « Mitch » a le sourire. Dans la salle, le public est de plus en plus nombreux. Dénominateur commun de ces visiteurs d'un soir, d’une évidence absolue pour l’observateur commun : une sorte de code vestimentaire où le noir est archi dominant, comme pour exprimer le deuil d’un monde dans lequel beaucoup ne se reconnaissent pas… Les t-shirt sont le plus souvent flockés de motifs effrayants : visages hideux aux dents acérées, têtes de mort ou zombies repoussants, s’affichant comme le miroir de ces monstres le plus souvent en col blanc qui dominent une société qui marche de plus en plus sur la tête. Contraste saisissant, le tout est le plus souvent accompagné de tatouages ou autres bijoux métalliques ornementaux, comme un hommage à la beauté du corps humain. Certains ont de plus mis en œuvre des coiffures sculpturales sans compter leur temps. Le code spécifique concerne également le langage, pour beaucoup issu des « States », notamment pour définir les types de musiques adoptées par ce public : metal, hardcore, hard rock, punk rock, trash crossover…  Autant de types de musiques d’une violence pleinement assumée, ultra violente même quelques fois. « Qu’on ne s’y trompe pas » précise « Mitch » le président de l’association OK Chaos en se marrant «C’est des nounours ! ». Une façon de tordre le cou avec force à l’amalgame qui tend à faire croire que ce public et les punk néo-nazis ne feraient qu’un.
Une renaissance depuis l’arrivée de la nouvelle équipe municipale
Un festival sur deux jours, c’est ce que OK Chaos proposait dans le cadre du « Waterproof Festival », une manifestation qui, au moment de sa superbe, permettait de rassembler quelques 1800 spectateurs sur un week-end. « Tout cela est issu de groupes locaux comme « les Fils de Crao » qui sont passés au Printemps de Bourges, «Basic Noise » ou encore « Orange Bud » explique « Pat » un des pionniers de OK Chaos « Nous voulions organiser un festival avec les formations locales. Le premier, qui a eu lieu à la Familiale du Ménil, a rassemblé environ 500 personnes, qui a permis de créer l’association avec Jérôme Munger comme premier président et proposer les éditions suivantes ». C’est ainsi que le « Waterproof Festival » a connu ses heures de gloire, permettant la venue de grosses têtes d’affiche des USA, d’Angleterre ou d’Allemagne, avec quelques détours du côté Reggae.  « Nous avons toujours eu le souci de promouvoir la région au travers de ces manifestations et de soigner les groupes « aux p’tits oignons » raconte Pat « Repas cuisinés sur place avec pâté lorrain, munster ou crème d’Albert et en offrant un hébergement en gite qui a surpris nombre de nos invités par sa qualité et le superbe environnement naturel vosgien. « Cette belle mécanique s’est malheureusement grippée avec le chef de file de l’ancienne équipe municipale » regrette « Mitch » « Mais aujourd’hui, tout est reparti du bon pied, notamment avec un soutien sans faille de Marie-Claude Dubois, maire-adjointe de l’équipe actuelle ».
Retourner au contenu | Retourner au menu