2017_08_25_L'Armoire à Jo - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2017 > août
 
VIE COMMERCIALE

 
"L’Armoire à Jo" : un aboutissement et un tremplin
L’ouverture de la boutique remonte au 17 décembre 2016. Elle finalise un projet mûri de longue date dans la tête de Céline Segrestain d’ouvrir un magasin de vêtements. Avant cette consécration, la jeune femme a passé huit années en tant que responsable d’un magasin de vente de vêtements à Fresse sur Moselle, complétées par quelques mois comme vendeuse dans une boulangerie. « Une expérience qui m’a été particulièrement utile pour monter mon projet, notamment en me donnant la crédibilité nécessaire pour aller négocier avec les banques » confie-t-elle avec un large sourire avant de poursuivre « Cela faisait un moment que j’avais flashé sur ce local commercial particulièrement bien placé et dont j’ai pu négocier la location avec Mr Lambert, son propriétaire ». Les soixante-dix mètres carrés de surface ont donc rapidement été aménagés, avec un gros penchant vers une déco de type rustique, de façon à recevoir quelques 1500 références en vêtements femmes et enfants, récemment complétés par un rayon hommes et accessoires. « J’axe mes produits sur l’accessibilité à tous, en pratiquant des prix aussi peu chers que possible, mais sans faire de concession à la qualité » détaille Céline avant de confier :
« Je me rends à Paris une fois par mois pour faire les choix de produits que je mets en vente dans le magasin ».
Pourquoi « L’Armoire à Jo »  comme enseigne du magasin ? Céline éclate de rire : « On me pose souvent cette question ! » se marre-t-elle « Ma fille d’appelle Jordane. Jo en est le diminutif. Le nom du magasin est un clin d’œil à une situation mille fois vécue, lorsque Jo pose la question presque angoissée le matin : qu’est-ce que je vais mettre aujourd’hui ? Et que je lui réponds : Tu en as plein ton armoire ! ».
Aboutissement d’un côté, tremplin de l’autre : Céline est pleine d’énergie et de projets. « J’ai eu l’opportunité d’accueillir en stage au mois de juin, une jeune fille prénommée Lauriane » détaille-t-elle « Elle va suivre une formation de BTS MUC (Management des Unités Commerciales) pendant deux années en alternance. Mon ressenti avec Lauriane est excellent. J’envisage donc de l’embaucher au terme de son parcours de formation, avec l’ambition de créer un second magasin dans un secteur géographique proche ».
Retourner au contenu | Retourner au menu